Checklist — Sécuriser son site web

Présentation
de l'outil

Description
Cet outil va vous aider à mieux sécuriser votre site web

Objectif
Mettre en place des actions de mise en conformité RGPD et/ou actions de sécurisation des données personnelles

Niveau de difficulté
♥♥♥

Temps estimé
4h


Médiatisation des cyberattaques : quelle influence sur les habitudes des e-consommateurs ?

À l’heure où l’on médiatise de plus en plus les incidents de sécurité et les alertes de cyberattaque (phishing, malware…), on est venu à se demander si cela venait à influer sur les habitudes de navigation des internautes, initiés ou non à la sécurité :

  • Est-ce que cela entraîne de nouveaux usages ?
  • Quels effets sur la navigation ? Quels effets sur l’achat en ligne ?
  • De quels critères faut-il tenir compte pour rassurer ?

Pour répondre à ces interrogations, nous avons réalisé une enquête en ligne, diffusée sur Instagram, LinkedIn, et directement à notre réseau réparti entre l’Île-de-France, la Bretagne et la Nouvelle Aquitaine. L’objectif étant de rassembler des profils de personne, de la plus experte en cybersécurité, jusqu’à la personne le moins à l’aise avec ce sujet. Nous avons récolté 199 réponses.

#1 — L’âge n’a pas d’influence sur les niveaux de connaissance

Ce qui a le plus d’effet sur ces appétences sont le milieu professionnel, celui de l’entourage ainsi que de mauvaises expériences (arnaque, défiance…)

Cette tendance nous a permis de répartir les répondants en 3 catégories :

  • Les cyber-experts (33%), personnes qui maîtrisent la majorité des enjeux de la cybersécurité du quotidien ;
  • Les cyber-sophomores (47%), personnes qui appliquent des pratiques de sécurité, sans être des experts ;
  • Les cyber-newbies (20%), personnes qui reconnaissent manquer de bonnes pratiques.

Sources de connaissances
des cyber-experts :
  • 6% exercent un métier dans la cybersécurité ;
  • 43% exercent un métier dans l’informatique ;
  • 25% bénéficient d’un entourage et/ou d’un réseau qui les sensibilise régulièrement.

Sources de connaissances
des cyber-newbies :
  • 58% ont du mal à comprendre les enjeux de la cybersécurité au quotidien ;
  • 42% ne s’y intéressent pas ;
  • 75% considèrent qu’iels manquent d’accompagnement.

Sources de connaissances
des cyber-sophomores :
  • 52% ont acquis des connaissances en cybersécurité du quotidien, motivés par leur défiance numérique ;
  • 48% ont acquis des compétences, à la suite d’un incident professionnel ou personnel ;
  • 100% ont cherché des réponses et des solutions, en mettant en place des rituels de veille d’usages numériques.

La majorité des cyber-experts tirent leurs connaissances soit de leur milieu professionnel, soit celui de leur entourage. Pour les cyber-sophomores, il y a 2 tendances : une défiance pour le numérique, qui poussent à être naturellement vigilant, ou l’assimilation de nouveaux réflexes à la suite d’un cyber-incident. Concernant les cyber-newbies, les trois-quarts estiment que leur manque de connaissance, viennent d’un manque d’accompagnement.

#2 – Rituels de protection

 La gestion et la protection des mots de passe sont les actions les plus courantes.

Les répondants qui ont sélectionné « Autre », ont complété leur sélection par les actions suivantes :

  • Mise à jour régulière ;
  • Privilégier le SSL ;
  • Mettre en place une double-authentification ;
  • Utiliser un e-mail dédié pour les achats ;
  • Utiliser un service tiers de paiement : Paypal, Revolut, Lydia…

#3 – Sentiment de protection, fiabilité du paiement et désengagement

Pour la quasi-moitié des répondants (47%), les Politiques de confidentialité sont contraignantes à lire, à cause de la longueur des textes, qui décourage la lecture. Pour d’autres (41%), c’est davantage le jargon technique et les tournures à interpréter, qui découragent. Cependant, consulter la Politique de confidentialité reste une pratique assez courante quand il y a une mise en doute d’un service (39%).

Parmi les répondants qui ont choisi « Autre » (12%), il a été précisé les contraintes suivantes :

  • Fait pour ne pas être lu ;
  • Ne précise pas le traitement des données par des tiers ;
  • Pas adapté au « commun des mortels » ;
  • Sensation de ne pas avoir le choix.

Plusieurs questions concernant le respect du RGPD ont été également posées, afin de comprendre l’effet du RGPD sur les usages des répondants. La majorité d’entre elleux (81,6%) considèrent les services qu’iels utilisent, comme flous à ce sujet. Pourtant le respect du RGPD est bien un moteur d’adhésion et d’engagement (80%). En effet, la moitié des répondants (59%) a déclaré s’être déjà désengagée de services, qui semblaient ne pas protéger correctement les données personnelles.

Enfin la fiabilité et l’apparence de l’étape de paiement joue un rôle dans le processus d’achat. Une interface qui ne paraît pas sûre conduit à l’abandon du panier (69%), ou à une suspension de l’achat pour aller récolter des avis sur le Vendeur (24%).

La défiance des internautes envers un service en ligne n’est pas systématique, elle est généralement motivée par :

  • La clarté des politiques de protection de la donnée ;
  • La traçabilité des données personnelles ;
  • La fiabilité du parcours de paiement ;
  • L’aspect de l’interface de paiement ;
  • La fiabilité du Vendeur, validée par des avis.

Quant au désengagement (résiliation, abandon du panier…) il n’intervient qu’en l’absence d’informations sur un Vendeur, qu’en cas de manquement aux règlementations, ou l’absence de marqueur de fiabilité des interfaces de paiements.

#4 – Avis, fiabilité et bouche-à-oreille

Pour plus de la moitié des répondants (61%), vérifier la fiabilité d’un site dépend de l’objectif principal de la visite : rechercher ou acheter.

Si l’internaute est seulement en recherche d’informations, le site n’est vérifié qu’en cas de doute. En revanche, si l’objectif est d’acheter, vérifier la fiabilité du Vendeur (ou du site marchand) est systématique.

Concernant les sources de vérification, les informations qui permettent d’identifier l’entreprise ou le Vendeur sont plus souvent recueillies (42%), que l’avis de l’entourage (7%).

Quant à l’entourage, ses alertes font l’objet de vérification préalable (73%), avant d’éventuellement se désengager (24%).

L’existence d’informations, sur la structure propriétaire d’un site (nom de l’entreprise, immatriculation, marque, équipe), semble être un critère plus rassurant, que les avis en ligne, ou les alertes de l’entourage.

L’action de vérification varie en fonction de l’objectif de navigation :

  • Si l’internaute cherche à récolter des informations, la vérification n’intervient qu’en cas de doute ;
  • Si l’internaute cherche à acheter un produit ou un service, la vérification est systématique avant l’achat.

À propos de la notion « en cas de doute », il y a plusieurs critères :

  • L’esthétique du site ;
  • La clarté des conditions générales de vente ;
  • La traçabilité des produits ;
  • Le langage employé ;
  • L’absence d’avis ;
  • L’absence d’une équipe humaine ;
  • L’absence de structure claire (entreprise, marque, ambassadeur…).

#5 – Effets de la médiatisation d’un cyber-incident

Les répondants, ayant choisi « Autre », ont ajouté les réactions suivantes :

  • Vérifier si l’incident n’a pas eu de répercussion sur d’autres services ;
  • Attendre de voir des effets concrets avant de réagir.

La divulgation d’un cyber-incident n’est pas source de désengagement, mais de changement de canal d’accès. De plus, certains internautes s’en remettent à l’entreprise compromise, afin de connaître ses préconisations de réaction.

#6 — Les victimes de cyberattaque et/ou arnaque réagissent en misant sur la communication

Parmi les répondants, 14% ont déjà été victime d’une cyberattaque ou d’une arnaque, et sont répartis entre les catégories cyber-newbies (53%) et cyber-sophomores (47%). Les répondants qui n’en ont jamais été victimes (86%), sont répartis entre les catégories cyber-experts (64%) et cyber-sophomores (36%).

Les personnes ayant été victimes d’arnaque en ligne, ou de cyberattaque, privilégient le signalement de l’incident, avant de tabler sur un arrêt de l’utilisation.

 

Conclusion ? Reprenons les questions qui nous ont poussé à réaliser cette enquête en ligne :

#1 — Est-ce que la médiatisation plus fréquente des cyberattaques a entraîné de nouveaux usages ?

Il n’y a pas forcément de nouveaux usages, mais une prise de conscience, qui entraîne le renforcement de :

  • Pratiques de prévention : Renforcement des mots de passe et renforcement d’actions de vérification (profil vendeur, immatriculation d’une entreprise, existence d’une équipe humaine, avis client…) ;
  • Pratiques de réactions : Mise à jour des identifiants, signalement, communication, veille de bonnes pratiques.

#2 — Quels effets sur la navigation ? Quels effets sur l’achat en ligne ?

Le désengagement n’est pas systématique, en cas de ressenti d’insécurité en ligne. Tout dépend de l’objectif de l’internaute :

  • S’il s’agit de réaliser une recherche, lire, se divertir, il n’y aura désengagement qu’après vérification de plusieurs informations sur le gestionnaire du site. Cette vérification n’entre en vigueur, qu’en cas de doute ;
  • S’il s’agit d’acheter un produit ou un service, la vérification est systématique avant l’achat. Le désengagement opère majoritairement quand le parcours de paiement paraît long, ou peu fiable.

À la suite d’un incident, le désengagement n’est pas systématique non plus. La réaction des internautes varie en fonction :

  • De la nature de l’incident : Arnaque, spam, phishing, malware…
  • De l’effet de l’incident sur d’autres services
  • De la réaction de l’entreprise gestionnaire du service en ligne

De plus, si le service en ligne existe en physique, le service physique est privilégié le temps que l’incident soit résolu.

#3 — De quels critères faut-il tenir compte pour rassurer les internautes ?

Les critères qui rassurent peuvent être regroupés en plusieurs catégories :

  • L’esthétique et la facilité de navigation — Plus l’accès à une information paraît complexe, plus l’internaute doute de la fiabilité du service. Eh oui…un site « moche », ou qui ne correspond pas à ce qu’on attend d’un service, suscite de la défiance.
  • La clarté de l’information — Plus les informations essentielles (sources, prix, conditions de livraison, CGV, CGU…) sont claires et en langage courant, plus les services sont attractifs
  • La traçabilité — Les internautes veulent connaître les sources d’une information, la provenance des produits, le rôle des intermédiaires, ce qui est fait des données personnelles
  • L’humanité — On veut vous voir…et savoir qu’il y a une structure existante, des humains, des équipes identifiables, qui travaillent derrière un site

Pour aller plus loin

Télécharger une checklist pour sécuriser son site web👇🏽

Télécharger

Modèle — Fiche de poste Développeur et Développeuse

Présentation
de l'outil

Description
Une fiche de poste pour recruter un•e développeur•se

Objectif
Définir correctement ce qu’on peut attendre, ou non, d’un•e développeur•se, afin de mieux cibler vos recrutements

Niveau de difficulté


Modèle — Tableau de bord de gestion de projet

Présentation
de l'outil

Description
Cet outil fournit les indicateurs nécessaires à la gestion d’un projet informatique

Objectif
Piloter un projet informatique avec une démarche KPIste

Niveau de difficulté
♥♥♥♥

Temps estimé
8h


Recrutement IT : Comment rédiger la plus cool des fiches de poste ?

Le marché du recrutement, dans l’informatique, atteint des records depuis 2021. Cette année, 69%[1] des entreprises françaises envisagent de recruter de nouvelles compétences informatiques, avec notamment des besoins de plus en plus importants chez les PME et ETI.

[1] Source : Usine Nouvelle

Malgré cette hausse des besoins de recrutement IT, 70% des entreprises admettent rencontrer des difficultés à recruter, et ce, pour des raisons multiples :

  • Des candidatures qui ne correspondent pas aux attentes ;
  • Une baisse des candidatures ;
  • Des recrues plus exigeantes, qui ne craignent plus la « démission » ;
  • Un vivier de candidats trop limités…et des difficultés à élargir ce vivier vers des recrues plus « atypiques » …
Nous pouvons compléter cela par les retours d’expérience de nos équipes techniques. Chez Cool IT, nous travaillons principalement avec des informaticien•nes indépendant•es, qui ont opté pour ce statut à défaut d’avoir dénicher des opportunités, en phase avec leurs perspectives de carrière.

À force d’être plus ou moins bien démarchés, plus ou moins bien intégrés, elleux ont accumulé un ensemble de « Red Flag », des signaux d’alertes, communiqués largement dans les communautés de développeur•ses :

  • Le manque d’équilibre entre vie pro et vie personnelle ;
  • Les retards techniques trop importants ;
  • Les organisations trop cloisonnées (les Tech d’un côté, le Métier de l’autre) ;
  • Le refus catégorique de mettre en place du travail hybride ;
  • Le manque de transparence des salaires ;
  • Le peu de temps accordé à la formation, la veille et l’auto-formation…

Mais comment ces personnes arrivent-elles à desceller ces informations, avant même d’avoir intégré l’entreprise ? La réponse…Dès la lecture de la fiche de poste ! En effet, votre fiche de poste peut en dire beaucoup sur les conditions dans lesquelles vos futur•e•s développeur•ses vont évoluer.

Dans cet article, vous trouverez un ensemble de question et de conseils pour réaliser une fiche de poste ciblée et cohérente, et ce, grâce aux étapes suivantes :
  • Valider que c'est bien d'un•e dév dont vous avez besoin ;
  • Cadrer les projets que vous allez lui confier à court, moyen, long-terme ;
  • Définir une promesse claire et réalisable (et un salaire juste) ;
  • Anticiper un parcours de carrière ;
  • Déconstruire vos biais et vos clichés sur les développeur•ses

#1 — Valider que c'est bien un•e dév qu'il vous faut

Les questions à se poser

  • Est-ce que mon besoin fait appel à de la programmation informatique ?
  • Est-ce que je connais les différents types de profil de développeur•se dont j'ai besoin ?
  • Est-ce que je connais les langages de programmation utilisés dans mon entreprise ? À quoi ils servent ? Les personnes qui en sont à l’initiative ?
  • Est-ce que j'ai besoin d'autres compétences en plus de la programmation (gestion de projet, graphisme, sécurité...) ?
  • Ces compétences en plus, correspondent-elles aux compétences de base d'un•e développeur•se ?
  • Ces compétences en plus, sont-elles des savoir-faire ou des savoir-être ?

Pourquoi ces questions ?

L’informatique et les métiers du Digital (plus axés créativité et communication-marketing) regroupent un ensemble de compétences numériques, qui peuvent paraître semblables.

Questionner vos connaissances de ces métiers, vous aidera à confirmer si vous avez besoin d’une personne qui maîtrise la programmation informatique, une personne qui intègre du contenu, ou d’une personne qui administre des contenus.

Sans être expert•e, savoir quel métier sert à quoi, permet d’éviter les écarts entre la fiche de poste, les entretiens que vous allez mener et la réalité du terrain. Programmer, c’est une compétence technique, si ce que vous proposez n’est pas de la programmation, on va vite s’en rendre compte.

En revanche, bons nombres de développeur•ses peuvent avoir des compétences transverses : gestion de projet, graphisme, sécurité, data management…
Ces compétences ne sont pas obligatoires dans les cursus de dév, et varient en fonction des parcours (en école, en reconversion, en autodidacte…)

#2 — Réfléchir en amont aux projets qui vont être confiés

Les questions à se poser

  • Combien de projet avez-vous à confier à la future recrue ?
  • Avez-vous déjà eu à travailler avec un•e dév avant ?
  • Qui sont les personnes avec qui la future recrute va travailler ? Travaillent-elles en présentiel ? Distanciel ? Quels sont leurs rôles ? Peuvent-elles encadrer la nouvelle recrue ? Ou inversement ? Ont-elles besoin d’être encadrées ?
  • Quelles sont les technologies et les outils associés à chacun de ces projets ? Sont-ils suffisants ? Sont-ils à jour ? Avez-vous des manques ?
  • Quels sont les délais de ces projets ? À quels stades d'avancée sont-ils ? Leurs objectifs ?
  • Ces projets sont-ils réalisables à distance ? Qu’est-ce qui doit être réalisé en présentiel ? Qu’est-ce qui ne nécessite pas une présence physique ?
  • Avez-vous suffisamment de projet pour un CDD ? Un CDI ? Du temps partiel ? Du temps plein ?

Pourquoi ces questions ?

Après avoir validé qu’il s’agit bien d’un•e développeur•se qu’il vous faut, reste à savoir si vous avez suffisamment de travail à lui donner, mais pas que…Ces questions vont aussi vous aider à évaluer votre environnement technique et son organisation.

Les acquis et les manques que vous aurez identifiés vous permettront de formaliser :

  • Les technologies et/ou la logique de programmation que la recrue devra connaître ;
  • Les problématiques qu’elle pourrait vous aider à résoudre ;
  • Les compétences relationnelles qu’elle devra développer ;
  • La durée du contrat et les conditions de mobilité ;
  • Son niveau de responsabilité…

#3 — Définir une promesse claire et réalisable

Les questions à se poser

  • Le salaire envisagé est-il juste par rapport aux niveaux de responsabilités, et aux tâches qui seront confiées ?
  • Est-ce que mon entreprise a la capacité de faire évoluer la nouvelle recrue ? En termes de compétences ? De poste ? De salaire ?
  • Quelles sont les valeurs de mon entreprise ? Quelle est sa culture ?
  • Quel type d'organisation mon entreprise est-elle en mesure de mettre en place ? Sur quoi peut-on évoluer ? Sur quoi est-elle figée ?
  • Quelle va être la place de la future recrue dans l'entreprise ? Son rôle ? Le sens de ses missions ?

Pourquoi ces questions ?

La promesse qui découle d’un poste peut être décisive pour un•e candidat•e. En effet, des valeurs fortes, des missions qui ont du sens, peuvent contrebalancer des projets peu « sexy », ou une proposition de salaire un peu basse…

Le sujet du salaire est aussi primordial car, si votre politique de salaire est transparente, votre culture d’entreprise peut être perçue tout comme.

Il en va de même pour les questions de valeur, de sens et d’accompagnement de la recrue. Intégrer une nouvelle personne, c’est intégrer son vécu, et le recul qu’elle pourrait avoir sur votre entreprise.

Il y aura des profils qui s’adapteront complètement à votre organisation, et n’y verront rien à améliorer. D’autres auront des idées, des divergences…mais, en fonction de vos objectifs d’innovation, est-ce vraiment une si mauvaise chose ?

#4 — Définir un parcours de carrière challengeant

Ce dont vous devez tenir compte

  • Les développeur•ses ont besoin de temps dédié à la veille, la structuration de leurs idées, la formation ou l'auto-formation ;
  • Il y a des profils qui souhaiteront gagner en responsabilité, d'autres sont davantage motivés par l’exécution ;
  • Il y a des profils qui voudront voir évoluer leurs réalisations de bout en bout, d’autres juste leur périmètre d’activité ;
  • Il y a des profils qui se satisferont complètement des technologies de l’entreprise (même si elles sont vieillissantes), et d’autres vous accompagneront à rester à l’écoute des tendances, voire être plus avant-gardiste ;
  • Il y a des profils qui souhaiteront rester touche à tout, d'autres souhaiteront se spécialiser (dans la data, l’IA, l'architecture, la sécurité...) ;
  • Il y a des profils qui sont entrepreneur•e dans l'âme, et qui développeront des projets en dehors de l'entreprise (qui peuvent vous servir, ou non) …

Pourquoi en tenir compte ?

Savoir ce qui motive, et maintient la motivation, vous permettra d’anticiper les parcours de carrière et les formations qu’un•e développeur•se pourraient suivre. Savoir que les technologies évoluent aussi vite que les aspirations, vous évitera d’être pris de cours.

Si vous n’avez pas d’idées très claires des perspectives d’évolutions, que vous pourriez proposer à un•e développeur•se, n’hésitez pas à poser la question à celleux avec qui vous travailler déjà. Et si c’est la première fois que vous recrutez ce type de profil, posez la question à des communautés de dév. Quitte à poser la question en entretien !

#5 - Il faut sortir des clichés du geek blanc à capuche !

  • Un développeur, est aussi "une développeuse" ou "un•e développeur•se", avec des origines ethniques diverses
  • Les parcours de dév sont multiples : en grandes écoles, en université, en reconversion, en auto-didacte...
  • C'est un métier tout à fait adapté aux personnes handi, et aux personnes neuro-atypiques
  • L'informatique ça bouge, et ça bouge vite ! Un•e Junior peut autant apporter qu'un•e Senior. Faire collaborer les 2, c'est encore mieux !
  • Junior, ça veut dire "Débutant" pas forcément "Jeune"
  • Senior ça veut dire "Expérimenté", pas forcément "Âgé"
  • Dév, ce n'est pas obligatoirement un travail solo. On peut aussi coder à plusieurs !

Pourquoi en tenir compte ?

Il n’y a pas qu’une « pénurie » de talents. Il y a aussi des talents mis de côté. Mis de côté, parce que nous avons tous des idées préconçues de ce à quoi doit ressembler un•e développeur•se. Et effectivemement, ces idées, ces clichés, sont en pénurie.

En moyenne, les entreprises, qui ont pris le parti de déconstruire le recrutement, pour diversifier leurs équipes techniques, sont 15% à 35%[1] plus performantes financièrement et attractives. Renverser les statuts quo du recrutement IT, n’est pas qu’un enjeu sociétal, c’est aussi un enjeu de développement économique.

[1] McKinsey Diveristy Database « Why diversity matters? »

Pour aller plus loin
Découvrez notre interview de Marcy Charollois,
Consultante en recrutement et créatrice de contenus Social Tech


Diagnostic — Éviter la surcharge d'outil en entreprise

Présentation
de l'outil

Description
Un outil pour se poser les bonnes questions avant de mettre en place un nouveau logiciel en entreprise

Objectif
Analyser correctement vos besoins pour valider l’intérêt d’utiliser un nouveau logiciel

Niveau de difficulté
♥♥

Temps estimé
3h


Comment partir en congés d'été, en toute cybersécurité ?

Le saviez-vous ? L’une des raisons pour laquelle votre entreprise est plus vulnérable pendant les congés, c’est surtout parce que salarié•e•s, comme dirigeant•e•s, n’arrivent pas à se déconnecter de leurs outils professionnels. Tout en étant moins attentifs aux risques cyber !

En période de vacances, 9 dirigeant•e•s sur 10 ne décrochent pas complètement de leur activité.

Côté salarié•e•s, il s’agit de 67% des travailleur•se•s français.

Dans cet article nous allons revenir sur les attaques les plus courantes en période de vacances, les bonnes pratiques à mettre en place avant, pendant et après les congés.

#1 — Quels types d’attaques sont les plus courantes en période de vacances ?

Il y a plusieurs modèles de menaces, en fonction de votre niveau hiérarchique dans l’entreprise, mais aussi vos habitudes et destinations de vacances telles que :

  • Le vol physique de matériel : ordinateur, clé usb, disque dur, téléphone…
  • La perte et la dégradation du matériel (“haaa la pina colada renversée sur le clavier…”)
  • L’installation de logiciel espion
  • Le vol de données
  • Le phishing
  • L’arnaque au président
  • L’infiltration d’appareil

#2 — Mesurer les risques

Afin de protéger correctement l’entreprise, quand il y a des départs en congés, il y a plusieurs étapes à suivre afin d’être en mesure de :

  • Mesurer les conséquences des absences
  • Assurer la continuité d’activité et la réponse à incident
  • Sensibiliser l’ensemble de l’entreprise aux bonnes pratiques de sécurité en vacances

L’idéal est qu’en amont, vous ayez défini les modèles de menaces de l’entreprise, c’est-à-dire une cartographie des différents risques encourus en cas d’absence d’une fonction, d’un service, etc.

Pour définir ces modèles de menaces, il y a plusieurs questions à soulever :
  • Quelles sont les données détenues par chaque service ? Par niveau hiérarchique ?
  • Sur quels matériels et logiciels sont-elles stockées ?
  • A-t-on des outils de détection suffisants pour les protéger ?
  • Les équipes accèdent-elles à ces logiciels sur du matériel mobile ? Professionnel ? Ou Personnel ?
  • Les équipes utilisent-elles des logiciels non-référencés par l’entreprise ?
  • Les équipes sont-elles sensibilisées à la sécurité ?
  • Les équipes amènent-elles leur matériel en vacances ?

Une fois ces modèles définis, vous serez en mesure d’en déduire les risques encourus, en fonction de chaque situation, métier et matériel.

#3 — Sensibiliser et…laisser partir en vacances déconnectées !

Nous sommes tous moins vigilants en vacances. C’est pour cela, que le meilleur moyen d’éviter les cyberattaques, c’est de profiter de ses vacances sans :

  • Vérifier ses emails ;
  • Vérifier ses tickets ;
  • Lire les conversations sur Teams ;
  • Répondre aux appels professionnels…

Au-delà des risques cyber, il s’agit aussi de respecter le Droit à la déconnexion. Il est important de faire comprendre aux salarié•e•s qu’ils ne perdront pas leur emploi, pour ne pas avoir répondu aux sollicitations pendant leurs congés ( c’est la loi 😉 )

Et si vous êtes un super dirigeant·e qui applique et respecte le Droit à la déconnexion. Mais que les salarié•e•s ont toujours du mal à décrocher, il faut sensibiliser aux bonnes pratiques de vacances en toute cybersécurité :

  • Réinitialiser ses mots passe avant de partir et au retour de congés
  • Éviter d’annoncer où et quand on part en vacances sur les réseaux sociaux
  • Éviter de géolocaliser ses photos de vacances et/ou de prendre des photos dans des cadres facilement reconnaissables
  • Ne pas se connecter aux logiciels professionnels sur un WiFi Public
  • Ne pas accepter, ni utiliser, de cadeaux type clé USB, disque dur externe, carte SD…
  • Activer la vérification des paiements sur son application bancaire
  • Privilégier l’utilisation d’un VPN, même sur mobile
  • Ranger le matériel professionnel en lieu sûr et clos
  • Éviter au maximum de se connecter aux logiciels professionnels sur du matériel personnel
  • Éviter de stocker ses mots de passe dans les trousseaux des navigateurs ou des téléphones
  • Ne jamais se connecter sur des appareils publics

Nous savons très bien que tout cela est plus facile à dire qu’à faire. Les habitudes mettent du temps à évoluer, surtout en termes de cybersécurité en entreprise. C’est justement pour ça qu’il est essentiel :

  • D’anticiper vos modèles de menace
  • De définir vos risques et les conséquences de ces risques
  • De sensibiliser régulièrement autant les dirigeante·s que les salarié·e·s

En ritualisant de plus en plus ces bonnes pratiques, quelle que soit votre fonction ou votre niveau hiérarchique, vous gagnerez en autonomie, et serez de plus en plus en mesure de savoir comment agir en cas de cybermenace.

Bonnes vacances à tous·tes 🙂 !


Les mondes imaginaires sont-ils toujours des safe place pour les personnes minorisées ?

Pendant longtemps, les jeux vidéo qui se déroulaient dans des mondes imaginaires, pouvaient être un moyen d’affirmation de soi pour les personnes minorisées. Ou un moyen de s’évader d’un système oppressif.

L’avatar, notamment, pouvait être, aussi bien une réplique de soi-même, qu’une projection de ce que la société nous empêche d’être. Le choix d’un rôle, du contrôle d’une histoire, pouvait être un moyen de ré-appropriation de ce qui nous échappe IRL[1].

Pourtant, 83%[2] des gamers, de 18-45 ans, ont subi du harcèlement en jouant aux jeux vidéo, dont 71% allant jusqu’à des agressions graves : menaces physiques, stalking[3], chantage…Ces agissement sont en augmentation depuis 2019.

Pour 1 gamer sur 2, les raisons sont liées à leur religion, leurs identités de genre, leur orientation sexuelle ou leurs origines. Même dans un monde imaginaire, iels se retrouvent alors, autant stigmatisé·e·s que dans leur quotidien « réel ».

[1] IRL = In Real Life, Dans la vraie vie
[2] Rapport de l’ONG ADL “Hate is No Game: Harassment and Positive Social Experiences in Online Games 2021”
[3] Stalking = Fait de traquer une personne en ligne et/ou dans la vraie vie

#1 C’est quoi une safe place ?

C’est un espace bienveillant et protecteur, où des personnes minorisées et discriminées, se retrouvent pour différentes activités, très souvent empêchées ou polluées par des personnes oppressives.

Ces espaces sont aussi bien physiques que virtuels. Ils sont souvent fondés, par et pour les personnes minorisées, avec ou sans leurs allié•e•s

Dans les milieux du jeu, les safe place sont surtout créés pour jouer en ligne loin des « haters » » et des » trolls », mais aussi pour donner de la visibilité à des profils de joueur•ses qu’on ne voit pas assez.

On les retrouve notamment dans des associations militantes, des groupes de discussion ou des applications de mise en relation.

#2 C’est quoi un HATER et un TROLL ?

Hater
[ɛ.tœʁ] Nom, anglicisme
Personne qui dénigre d’autres personnes sur internet, en raison d’un critère qu’iel déteste, un désaccord, ou un biais d’intolérance

Troll
[tʀ ɔl] Nom, originaire de Suède
Personne ou message, qui vise à provoquer et/ou susciter des polémiques afin de perturber une discussion ou une personne

#4 Comment en sommes-nous arrivés là ?

Dans les faits, le harcèlement et agressions en ligne, ont toujours été présents dans les communautés de jeux en ligne. On peut pointer plusieurs phénomènes qui ont contribué à renforcer ces comportements :

  • L’augmentation de la pratique du jeu multi-joueur en ligne, associé à des canaux de discussion, où les joueurses discutent pendant le jeu (chat, live streaming, salon audio…)
  • L’évolution des moyens de cyberharcèlement et cyberintimidation intraçable. Les agresseurs redoublent d’ingéniosité pour contrecarrer les règles de modération
  • Il est de plus en plus facile de « stalker » une personne afin de récolter des informations pour lui nuire. On appelle ça le « doxxing »
  • Les agressions se déroulent en majorité dans le jeu, et laisse de moins en moins de traces à l’écrit
  • L’écran donne l’impression aux agresseurs, que leurs actions n’ont pas de conséquences
  • Ce sentiment d’impunité est d’autant plus renforcé par le manque de volonté de modération et/ou de moyen de modération, sur les plateformes de discussion

#5 Les mondes imaginaires restent des créations humaines, avec des biais bien humains

L’un des éléments qui « permettent » (avec de GROS guillemets) aussi les agressions, c’est la narration des jeu, associée aux représentations qu’évoquent certains personnages.

Même si les mondes sont imaginaires, ils peuvent parfois répliquer :

  • Des rapports de dominants-dominés ;
  • Des rapports abusifs ;
  • Des situations qu’il faut résoudre par la violence ;
  • De la fétichisation et/ou sexualisation des corps.

On va éviter les raccourcis type « Les jeux vidéo rendent violents ». L’idée ici est de rappeler qu’en fonction de nos biais, et de nos vécus, certaines représentations, certaines histoires, entretiennent la violence des agresseurs, et leur sentiment d’impunité.

Nous faisons plutôt face à une double problématique, liée à des sujets plus sociétaux :

  • Le manque de sensibilisation contre le harcèlement et ses conséquences
  • Le manque de sanction et de médiatisation des sanctions face à ces comportements

#6 Le soucis de la performance

Autre motif, qui poussent certaines personnes à polluer l’expérience de jeu, c’est leur rapport à la performance de jeu.

Pour les jeux narratifs, l’objectif est d’entretenir une histoire

Pour ces types de jeu-là, on peut davantage jouer en ligne, dans un cadre bienveillant, car on n’a peu, voire pas, d’interaction avec d’autres personnes.

Pour les jeux de gestion ou de création, l’objectif est de créer puis de gérer un monde

En fonction des joueur•ses, les premières agressions viennent parce qu’on n’est pas d’accord sur la manière de faire ; pour saboter les choix du groupe ; ou venir d’une frustration de ne pas être en mesure d’avoir un monde aussi « stylé » que les autres.

Pour les jeux d’affrontement, l’objectif est d’être le n°1

C’est là qu’on retrouve le plus de « toxicité » liée à la performance

  • On reproche aux autres sa défaite, ou celle de son équipe
  • Pour les plus intolérants, on estime qu’il n’y a que les hommes cisgenres, qui soient capables d’être performants
  • Pour les plus frustrés, on y estime que les personnes marginalisées qui performent, prennent la place des joueurs « qui étaient là avant »
  • Pour les plus incohérents, on décrète que les personnes marginalisées perturbent la performance…par leur existence

#7 Les safe place, on les crée

Malheureusement et heureusement, les safe place sont des espaces qui se créent par les personnes concernées.

Ce qui est cool

  • On peut y être soi-même
  • Il y a moins de toxicité
  • Il y a davantage de soutien et d’entraide
  • L’expérience de jeu est peu perturbée
  • La modération est réelle et plus efficace

Ce qui est moins cool

  • Le problème des haters et des mauvais trolls n’est toujours pas résolu
  • Les plateformes ne sont pas assez responsabilisées sur les sujets de modération, ni de sensibilisation
  • Pour les débutant•e•s, les espaces bienveillants ne sont pas accessibles tout de suite
  • Ce sont les victimes qui ont la charge de se protéger


Tableau Trello — Mettre en place du Flex Office

Présentation
de l'outil

Description
Tableau Trello pour préparer un plan de mise en place d’un mode Flex Office

Objectif
Fournir une liste des actions à suivre lorsqu’on souhaite mettre en place du Flex Office, quelque soit la taille de l’entreprise

Niveau de difficulté
♥♥

Temps estimé
2h

Pour copier le tableau veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous

Copier le tableau

Tableau Trello — Passer du télétravail au présentiel

Présentation
de l'outil

Description
Trello pour piloter la retour de ses équipes en présentiel

Objectif
Faciliter le bilan managérial et la reprise d’activité en 100% présentiel ou hybride

Niveau de difficulté
♥♥

Temps estimé
4h

Pour copier le tableau veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous

Copier le tableau