Sondage Flex Office : qu’en pensent les salariés ?

Le Flex office est un concept loin d’être récent puisqu’il a vu ses prémices dans les années 90. Exit le bureau attribué, pour faire place à un nouveau système d’aménagement des locaux. En France, le principe est expérimenté voire adopter depuis 2010, et revient « à la mode » du fait des questionnements autour du travail hybride. Le Flex office tient sa force dans l’envie croissante des salariés et de leurs organisations à mieux travailler à distance et dans l’inoccupation de certains espaces des bureaux. À quel point le concept est populaire ? Suscite-t-il du rejet ? De l’adhésion ? Pour répondre à ces questions, nous avons réalisé un sondage auprès de notre communauté LinkedIn.

Nous avons sollicité 31 répondants des secteurs suivants :

  • Informatique : 25%
  • Commerce : 25%
  • Social : 13%
  • BTP : 11%
  • Audiovisuel : 5%
  • Transport : 12%
  • Chimie : 9%

#1 - Est-ce que vous connaissiez la notion de Flex Office et qu’en pensez-vous ?

52% des personnes interrogées reconnaissent ne pas connaître le terme « Flex office ».

Seulement 6% des répondants sont totalement favorables au Flex office, 58% se disent ouverts à l’expérience, quand 23% y sont fermement opposés.

#2 – Quel mode de Flex office préfériez-vous si vous deviez le mettre en place ?

À la question des modalités de mise en place du Flex office : 39% des personnes interrogées préfèrent avoir des bureaux attitrés mais sont ouverts au partage avec des collègues, contre 32% qui préfèrent des espaces entièrement partagés et seulement 16% qui préféraient des bureaux individuels non-attitrés

Un répondant précise : « Parmi les personnes les plus présentes, certaines personnes établissent que ce sont leurs bureaux et lorsqu’elles trouvent la place déjà prise, cela peut créer des tensions entre collègues ».

#3 – Pensez-vous que le Flex office soit adapté à votre profession ?

Pour les 11 répondants qui ont déclaré avoir une profession inadaptée, la majorité admet que cela pourrait être envisagé par les activités qui requiert une faible présence dans les bureaux.  

Parmi les répondants ayant déclaré être opposés au Flex office, la majorité exerce pourtant une activité qui pourrait y être adaptée.

Si seulement 6% ont déclaré être complètement favorables au Flex office, 65% des personnes interrogées estiment que leur travail pourrait y être adapté. Seulement 10% estiment qu'il n’est pas adapté à tous les métiers.

#4 - Pour quelle taille d'entreprise pensez-vous que le Flex office soit adapté ?

Au sujet du lien entre Flex office et taille de l’entreprise : 89% répondants ayant déclaré avoir un travail adapté, ont également estimé, à 57%, que la taille de leur entreprise est un critère qu’adéquation.

De manière plus générale, 46% des personnes pensent que le Flex office est plus pertinent pour les PME et 31% aux TPE. En revanche, la majorité des répondants estiment qu’à partir de 250 salariés, il est moins adapté.   

#5 – Quels sont pour vous les avantages du Flex office ?

Parmi les avantages proposés, plusieurs tendances se dégagent :

  1. A 30% la possibilité d’avoir le choix de ses espaces et de la mobilité selon les tâches,
  2. A 22% de casser la routine,
  3. A 21% de faire du lien avec d’autres personnes,
  4. A 15% la démocratisation du travail hybride.

Les critères de propreté, d’organisation et de management agile ne sont pas reconnus comme important.

#6 – Quels sont les inconvénients du Flex office ?

  1. A 33% l’adaptation aux comportements des collègues,
  2. A 18% un relationnel plus compliqué ainsi des problèmes de gestion des flux,
  3. A 13% moins d’attachement à l’espace,
  4. A 12% le management plus complexe.

En effet, manager une équipe présente tous les jours au bureau et une équipe dispersée, nécessite une revue complète des méthodes de management en fonction des situations et des activités.

Quant aux choix de ces inconvénients, les répondants ont évoqué les motifs suivants :

  • L’impersonnalisation de l’espace de travail
  • La crainte d’être plus désengagé
  • La crainte de perdre en cohésion d’équipe

Au sujet de la gestion des flux dans les bureaux, un répondant témoigne : « Tout le monde s’assoit généralement toujours aux mêmes places, cela peut créer de l’insécurité et des tensions, d’avoir un flux complètement libre dans le choix de son bureau. »

 

        Le Flex office est une pratique qui sort de la vision traditionnelle du bureau, tant dans sa manière d’appréhender l’espace, que dans celle de manager et de créer du lien. Encore peu connue et pratiqué, parmi nos répondants, le Flex office suscite la curiosité. Il pourrait séduire certain·es, pour les avantages suivants :  

  • La démocratisation du travail hybride ;
  • Le choix des espaces et de la mobilité selon les tâches ;
  • Casser la routine ;
  • Nouer des liens avec d’autres personnes qu’ils n’auraient pas rencontrer avec un espace fixe.

En revanche, il reste encore des facteurs de rejet :

  • L’adaptation aux comportements et usages des collègues ;
  • Un relationnel plus difficile ;
  • Moins d’attachement à l’espace ;
  • Un management complexifié.

Amour & entrepreneuriat — Interview de Fen et Erwan dirigeants de l'agence Asgora

À l’occasion de la Saint-Valentin, nous avons eu l’idée de réaliser des interviews de couples qui baignent, de près ou de loin, dans un secteur informatique. Vous pouvez retrouver une version condensée sur notre compte Instagram : Cool IT.
Par soucis de synthèse, on n’a pas pu partager l’entièreté des interviews sur Cool IT. On profite de l’AsgoBlog pour vous proposer l’ensemble des propos qui ont été échangés avec les couples qu’on a rencontrés !

Qu’ils soient un couple de développeur, depuis toujours ou en reconversion, entrepreneurs ou hybride, nous avons souhaité échanger avec Aude et SimonGabriel et FannyChenchen et Julien, Fen et Erwan sur la place qu’occupe leur profession dans leur vie de couplecomment ils communiquent et équilibrent le professionnel du personnel.

Nous terminons cette semaine de l'amour avec un interview des dirigeants de l'agence, Fen et Erwan, partenaires dans la vie et au bureau

Est-ce que vous pouvez vous présenter tous les deux, ainsi que votre activité ? 

Fen — Je m’appelle Fen, j’ai 30 ans. Comme activité principale, je suis consultante IT au sein de l’agence Asgora, co-fondée avec Erwan. En parallèle, comme c’est une petite agence, j’assure aussi le poste de Responsable de communication et marketing, Manager et rédactrice de contenus pour nos différents comptes sociaux, dont Cool IT notre compte instagram

Erwan — Je m’appelle Erwan, j’ai 33 ans. Je suis Ingénieur Informatique. En parallèle, je suis Président de l’agence Asgora ainsi que chef de projet IT, développeur web et responsable financier. 

Comment vous êtes vous rencontrés tous les deux ? 

Fen et Erwan — On s’est rencontré dans le cadre de la création d’un autre projet d’Erwan, avec un ancien associé, Jaimie. C’était un projet d’appli de networking entre entrepreneur et freelance. À l’époque, on avait besoin d’un profil de communicant-e, qui s’est avéré être Fen, une pote de soirée de Jaimie. La suite is history comme on dit. Il y a eu pas mal de mouvement, de changement dans les projets jusqu’à qu’on décide de créer une boîte ensemble et de se mettre ensemble pour la même occasion. 

Est-ce que travailler ensemble ne vous a pas fait peur (pour votre relation) ? 

Fen et Erwan — Ha si carrément ! C’est même la principale raison pour laquelle on s’est longtemps tourné autour sans rien faire (rires). À l’époque, on était une équipe de 6 personnes tous en train de charbonner pour lancer l’appli. Quand on a commencé à se fréquenter, on a choisi d’en parler à personne, pour qu’on ait pas l’impression que Fen avait un traitement différent. Dans cette situation on se pose pleins de question, qu’est-ce qui va se passer si ça s’arrête ? Est-ce que l’équipe va l’accepter ? Comment on gère les conflits perso, dans le pro ? 

Connaissiez-vous le métier de l’autre dans son intégralité avant de vous rencontrer ?

Fen — Pas du tout ! J’ai eu une formation classique en communication avec des orientations au départ entre la mode, la musique et le théâtre. Un monde, à l’époque, complètement éloigné de l’informatique. Même si, avant de rencontrer Erwan, j’ai toujours bossé dans le digital, j’ai découvert avec son métier, qu’il y avait bien plus derrière le web. Découvrir son métier m’a motivé à me reconvertir dans le conseil IT !

Erwan — Absolument pas ! Je pensais que la communication c’était juste d’envoyer des messages sur les réseaux sociaux. Je ne savais pas que ça demandait autant d’organisation, de structuration et d’actions différentes, ni l’apport que ça a dans les métiers de l’informatique. Ça m’a permis de faire évoluer mon propre métier. 

Comment et pourquoi avez-vous voulu créer votre entreprise ensemble ? 

Fen — Très honnêtement, je n’ai pas eu le choix. J’étais paumée, au chômage avec quelques missions freelance mal rémunérées. Je prenais n’importe quel projet qui allait me permettre de payer mon loyer. J’ai rejoint le 1er projet d’Erwan pour l’équipe, qui avait l’air plus saine que mon milieu d’origine, avec des perspectives nouvelles pour moi et l’opportunité d’apprendre de nouvelles choses.

Erwan — C’est l’entreprise qui est venue à nous ! Notre collaboration a évolué tout au long de notre projet, qui en a amené d’autres. Nous avons naturellement développé l’entreprise sans réellement se poser la question concernant notre couple. On s’est rendu compte progressivement qu’on travaillait bien ensemble, qu’on se complétait bien. 

Est-ce que finalement, votre couple est votre force, dans le travail ? 

Fen et Erwan — C’est certain ! On dit souvent que si ça marche entre nous dans le privée, c’est parce qu’on s’est construit ensemble au travail. On est assez fiers d’arriver à faire la part des choses. Ça peut être flippant parfois, parce qu’on a l’impression d’avoir une double vie. Comme on a traversé des événements très difficiles en tant qu’entrepreneur, on savait qu’on arriverait à traverser n’importe quoi en tant que couple

Avez-vous des règles,  des tips à donner pour conserver un équilibre entre vie perso et vie pro ? 

Les deux — Après l’heure c’est plus l’heure ! Quand le travail est fini, interdiction d’en parler ! 

Erwan — Je dirais : ne rien se cacher, que ce soit dans le pro ou dans le perso. Il faut qu’on puisse rester transparent l’un envers l’autre. La communication est reine ! Je dirais aussi qu’il est important que chacun ait des passe-temps à elle ou à lui, seul-e ou avec son cercle de proche. Sinon on aurait rien à se dire haha ! 

Fen — De mon côté, je dirais qu’il n’y a pas à culpabiliser de ne pas être toujours capable de séparer les deux. Nous sommes mariés et associés. Notre entreprise finance nos projets de famille, c’est une réalité. D’autant plus que notre dynamique à deux, c’est la stabilité de la boîte. Il est naturel et humain que parfois nos problèmes pro influent sur le perso et inversement. Tant qu’on arrive à trouver une solution, ça ne devrait pas être un tabou.


Amour & Reconversion — Interview de G. et F. développeur-se Ruby on Rails et React

À l’occasion de la Saint-Valentin, nous avons eu l’idée de réaliser des interviews de couples qui baignent, de près ou de loin, dans un secteur informatique. Vous pouvez retrouver une version condensée sur notre compte Instagram : Cool IT.
Par soucis de synthèse, on n’a pas pu partager l’entièreté des interviews sur Cool IT. On profite de l’AsgoBlog pour vous proposer l’ensemble des propos qui ont été échangés avec les couples qu’on a rencontrés !

Qu’ils soient un couple de développeur, depuis toujours ou en reconversion, entrepreneurs ou hybride, nous avons souhaité échanger avec Aude et SimonG et FChenchen et Julien sur la place qu’occupe leur profession dans leur vie de couplecomment ils communiquent et équilibrent le professionnel du personnel.

Pour l’interview du jour, nous avons échangé avec G et F, tous les deux devenus développeur•ses Ruby on Rails suite à une reconversion professionnelle.

Vous faites quoi dans la vie tous les deux ? 

G — Je suis un ancien comédien, j’ai entamé ma reconversion en 2017. J’ai maintenant 4 ans d’expérience en tant que développeur Web sur RoR et React.

F — Je suis issue du milieu de l'hôtellerie. J’ai entamé ma reconversion durant une grossesse. Ce qui devait n’être qu’un passe temps et devenu un métier. Je me forme depuis 1 an et demi. Après 6 mois de stage, je viens de décrocher mon premier CDI en entreprise. 

Qu’est-ce qui vous a attiré vers cette profession ?

F & G — A notre rencontre, nous n’étions pas développeur et développeuse. 

G — J’ai toujours été un peu geek et F plutôt anti-écran. On s’est retrouvé finalement dans un entre-deux assez logiquement.

F & G — On a toujours quelque chose à apprendre. L’idée est aussi de pouvoir travailler de n’importe où en France. On s’imagine une belle vie en dehors de l’Île-de-France. 

Est-ce que vos reconversions ont été facilitées par le fait d’avoir choisi la même orientation vers le dév RoR  ?

F & G — Oui, très clairement. 

G — J’ai fait beaucoup de chemin pour m'autoriser à faire du code, un job réservé à l'élite, aux ingénieur-e etc… 

F — Mon estime n’était pas meilleure, mais le parcours de Gabriel m’a montré que ça pouvait fonctionner et que le voyage valait le détour.  

Plutôt dév freelance ou salarié ? 

F & G — On est tous deux salariés. Le moment viendra, on sera peut être un jour freelance, mais pour le moment le mot d’ordre, c’est l’apprentissage. On veut s'entourer de pro senior pour apprendre plus, toujours plus. On a un petit retard sur certains aspects, quand on se compare à des ingé sortis de prestigieuses écoles. On aimerait le combler avant nos 40 ans :D

Quel place occupent vos professions dans votre vie de couple ? 

F & G — Pas tant de place que ça. Bien sûr, on s’aide au quotidien et on partage pas mal de nos trouvailles, mais on n’est pas du style à parler code pendant des heures. Après ce qui est cool, c’est que si on a un problème, l’autre comprend. On n’a pas d’effet moldu ;) 

On sait que le métier de développeur, c’est un métier où on ramène souvent du travail à la maison, comment arrivez-vous à concilier la vie pro et la vie perso ?

F & G — Chacun sa politique là-dessus ! 

G — À 18h, la journée est finie et il est très rare que je déroge à la règle, sauf pour des grandes occasions (astreinte, retard accumulé dans la journée…).

F — J’aime bien finir pour être tranquille, quitte à jouer un peu plus sur les limites. 

F & G — En revanche, on a une règle incontournable : c’est de ne pas laisser l’autre gérer seul les enfants, et qu’on ne laisse pas l’autre dîner seul. C’est une règle tacite mais inviolée pour l’instant ! 

À quoi ressemble votre quotidien, en mode Amour,  Gloire et lignes de code ? 

F & G — Amour oui, et fortement. Gloire, on ne sait pas, on est en tous cas comblé par notre vie. On travaille pour vivre et pas l’inverse, même si nos métiers nous passionnent jour après jour. On a aussi noté qu’on travaillait très mal ensemble. Va savoir pourquoi. Donc depuis qu’on est tous deux sur RoR, on se laisse un peu de distance. 

G — Je suis souvent trop exigeant avec Fanny, sans me rendre compte que certaines pratiques que j’ai, nécessitent du temps, ou les bons mentors pour les assimiler. 

F & G — On n’est pas forcément les mieux placés pour s’apprendre des choses en un mot. Même si on s’aime fort. Demandez aux parents comment se sont passé les devoirs pendant le 1er Confinement :D


Amour & RoR — Interview de Chenchen et Julien

À l’occasion de la Saint-Valentin, nous avons eu l’idée de réaliser des interviews de couples qui baignent, de près ou de loin, dans un secteur informatique. Vous pouvez retrouver une version condensée sur notre compte Instagram : Cool IT.
Par soucis de synthèse, on n’a pas pu partager l’entièreté des interviews sur Cool IT. On profite de l’AsgoBlog pour vous proposer l’ensemble des propos qui ont été échangés avec les couples qu’on a rencontrés !

Qu’ils soient un couple de développeur, depuis toujours ou en reconversion, entrepreneurs ou hybride, nous avons souhaité échanger avec Aude et SimonG et FChenchen et Julien sur la place qu’occupe leur profession dans leur vie de couplecomment ils communiquent et équilibrent le professionnel du personnel.

Pour l’interview du jour, nous avons échangé avec Chenchen et Julien, tous les deux développeur•ses Ruby on Rails salariés, en télétravail.

Est-ce que vous pouvez vous présenter tous les deux ? Et ce que vous faites dans la vie ? 

Chenchen : Je suis Chenchen Zheng, d’origine chinoise, je suis actuellement développeuse back-end chez Matera <3 depuis août 2021. J’ai fait la formation accélérée du Wagon. J'ai passé plus de 1000 heures sur Animal crossing !

Julien : Je suis Julien Marseille, actuellement développeur fullstack (RoR) chez Squadracer. Joueur de jeu de société à mes heures perdues.

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Dans l’entreprise Watura, une plateforme de formation pour les métiers de l’eau, il y a plus de quatre ans, Julien était en stage de développeur et Chenchen en CDI en tant que CPO.

Vous travaillez tous les deux comme développeurs Ruby on Rails, pourquoi avoir choisi de vous spécialiser sur ce langage ?

Chenchen : Les autres développeurs auxquels j’ai été confrontés faisaient du RoR. On me disait beaucoup de bien de la formation accélérée Le Wagon (qui forme à RoR). Je suis donc partie dans cette direction !

Julien : Un peu au hasard au gré de mes rencontres. J’ai eu l’occasion d’en faire durant un stage et j’ai vraiment bien accroché à la syntaxe, alors j’ai continué ^^

Pour Chenchen, est-ce que ta reconversion a été facilitée par le fait que ton conjoint soit aussi développeur RoR ? 

Oui complètement, il m’a beaucoup aidé au début et m’a apporté la confiance nécessaire. Maintenant, c’est moi qui lui apprends des trucs héhé.
Cela faisait quand même longtemps que je m'intéressais à ce domaine, j’étais donc un peu préparée !

Qu’est-ce qui vous a attiré vers cette profession ? 

Chenchen : Le fait d’avoir un métier challengeant, où j'apprends tous les jours.

Julien : La liberté de pouvoir faire tout et n’importe quoi grâce au code, ainsi que la volonté de bien comprendre le monde qui m’entoure.

Vous êtes salarié ou freelance ? Pourquoi avoir choisi ce statut ? 

Chenchen : Salariée, car je débute, j’ai encore besoin d’encadrement.

Julien : Salarié, je suis dans une entreprise opale, où tout le monde participe à la construction de la boîte, c’est un sujet qui est très important pour moi, que je ne retrouve pas en freelance.

Quel place occupe vos professions dans votre vie de couple ? 

C’est toujours intéressant de pouvoir s’entraider au quotidien — surtout que nous sommes tous les deux en télétravail — c’est comme avoir un rubber duck ++. On se comprend parfaitement et on aime bien se montrer des petits trucs et astuces. Parfois, il faut quand même arriver à faire la part des choses, sinon on risque un peu l’overdose de code. 

On sait que le métier de développeur, c’est un métier qu’on ramène souvent du travail à la maison, comment arrivez-vous à concilier la vie pro et la vie perso ?

On a de la chance d’être dans de supers entreprises où ramener du travail à la maison n’est pas trop dans la mentalité. Généralement, à 18h30, on stoppe tout, et on fait autre chose.

À quoi ressemble votre quotidien, en mode Amour, Attack on Titan et lignes de code ? 

Coder, jouer à la Switch, Netflix and chill, manger des bons repas (très important ça), boire des bubble tea, visiter des musées, voir les amis, regarder des animes, se faire des petites parties de League of legends, prendre des photos, faire du sport, se faire des bons petits déjeuners.


Amour & Javascript — Interview de Aude orthophoniste et Simon développeur web

À l'occasion de la Saint-Valentin, nous avons eu l'idée de réaliser des interviews de couples qui baignent, de près ou de loin, dans un secteur informatique. Vous pouvez retrouver une version condensée sur notre compte Instagram : Cool IT.
Par soucis de synthèse, on n'a pas pu partager l'entièreté des interviews sur Cool IT. On profite de l'AsgoBlog pour vous proposer l'ensemble des propos qui ont été échangés avec les couples qu'on a rencontrés !

Qu'ils soient un couple de développeur, depuis toujours ou en reconversion, entrepreneurs ou hybride, nous avons souhaité échanger avec Aude et Simon, G et F, Chenchen et Julien sur la place qu'occupe leur profession dans leur vie de couple, comment ils communiquent et équilibrent le professionnel du personnel.

Pour l'interview du jour, nous avons échangé avec Aude orthophoniste en libéral, anciennement techno-septique, et Simon développeur web full-stack salarié.

Est-ce que vous pouvez vous présenter et présenter ce que vous faites dans la vie ? 

Simon : J’ai 27, je suis développeur web fullstack pour le compte d’un promoteur immobilier. Je participe depuis bientôt trois ans au développement d’une application de gestion des programmes immobiliers, depuis l’achat des terrains à la remise des clés. Je suis également en reprise d’étude en fac d’Histoire.

Aude : J’ai 30 ans, je suis orthophoniste depuis cinq ans et j’ai monté mon cabinet en libéral il y a un an. 

Comment vous êtes-vous rencontrés ? 

Nous nous sommes rencontrés durant nos années de pratique de la salsa et du rhum.

Quels étaient les clichés que vous aviez l’un et l’autre sur la profession d’Orthophoniste et de Développeur Informatique ?

Simon : Je pensais que l’orthophonie se résumait globalement à aider les personnes atteintes de bégaiement. 

Aude : Moi, j’avais toujours mis dans le même sac toutes les personnes qui touchent à un ordinateur. Donc (honte à moi), j’avais tendance à présenter Sami comme le mec qui “fait de l’ordinateur”, alors que de dév à technicien informatique il y a plus qu’un fossé !

Comment vous parlez du métier de l’autre ? 

Simon : Maintenant que je connais mieux son métier, je parle du métier de Maud comme d’un métier utile à la société et sous-évalué humainement et socialement, contrairement au mien.

Aude : Je trouve intéressant les problèmes de conception qu’il se pose. Je vois mieux l’apport du numérique dans des outils de rééducation, notamment dans mon métier et je suis moins fermée à leur égard qu’avant. J’en parle en des termes simples. Je suis en mesure d’expliquer le métier de développeur web tel qu’il le pratique. J'ai compris ce que sont le front et le back, je sais qu’il ne faut jamais supprimer la base de prod (histoire vécue apparemment). Je connais l’organisation possible d’une équipe informatique !

Aude, l’activité de Simon a-t-elle influé dans ta manière d’appréhender l’informatique et ton usage d’Internet ? 

Depuis qu’on est ensemble, Sami me parle matin, midi et soir des sujets liés à la vie privée sur internet. Il m’a bassinée avec des applications, qui ne collectent pas de données personnelles de manière démesurée.

Verdict, j’ai accepté d’en installer certaines pour tester. Maintenant je les utilise au quotidien : le Proton Calendar, une application de suivi de cycle menstruel, l’application de messagerie Signal, NewPipe (un simili-Youtube).

De manière générale, j’ai évolué dans ma vision de l’informatique et du développement. Je commence même à connaître quelques termes techniques !

Simon, le fait que Aude n’avait pas d’intérêt pour l’informatique à la base, a-t-il influé dans ta manière de parler de ce que tu fais ? 

Je me rends compte que les discussions que j’ai avec les collègues et amis qui pratiquent le même métier sont toujours obscures, et que des concepts qui nous semblent simples, sont en réalité incompréhensibles.

J’ai donc adapté mon vocabulaire à la maison, prodigué des explications pour tenter de me faire comprendre, lorsque je parle des problèmes que me pose la récursivité par exemple, notamment pour pouvoir me plaindre le soir. Je recueille désormais autant d’empathie que de bâillements, ce qui est un progrès !

Les problématiques tiennent parfois à l’organisation du travail au sein de mon entreprise, sujet qui nous préoccupe tous les deux.

Pour pouvoir en discuter, il a fallu également définir les métiers et missions proches des miennes, comme celles de Lead dev, de Product Owner, de chef de projet informatique, de DSI, …

C’est quoi votre quotidien en mode Amour, Gloire, Langage Oral et Ligne de Code ? 

En plus du love et du zouk, notre quotidien est rempli de conversations liées au travail, où on se comprend de mieux en mieux, quitte à acquiescer avant d’avoir parfaitement saisi !

Aude : Et grâce à Simon, je ne partage pas mon cycle menstruel avec Mark Zuckerberg :)


Pourquoi faut-il faire attention à la surestimation de son potentiel numérique ?

La surestimation du potentiel numérique est un phénomène courant, qui peut survenir à la mise en place d’un nouveau projet informatique.

Cette surestimation se décline en trois principes :

  • La surestimation des effectifs ;
  • La surestimation des compétences ;
  • La surestimation de l’environnement technique.

Attention ! Nous ne parlons pas ici de « surestimation » au sens, « votre organisation est plus mauvaise que vous le pensez », pas du tout. L’idée de cet article est de vous sensibiliser à l’importance d’évaluer correctement les manques et les prérequis de votre organisation, avant de mettre en place un nouveau projet informatique.

On ne le dit jamais assez. Un nouveau logiciel, appli, système, ne solutionne pas les problèmes de fond, il les exacerbe ! C’est pour cela qu’il est important de prendre du recul à chaque nouveau projet et d’y intégrer toutes les personnes concernées.

Alors, comment savoir si on surestime le potentiel numérique de son organisation ? Quels sont les effets ? Comment y pallier ?

#1 Comment se décline la surestimation du potentiel numérique ?

Il y a 3 périmètres à prendre en compte :

  • Les effectifs ;
  • Les compétences ;
  • L’environnement technique.
Qu’est-ce qu’on surestime concernant les effectifs ?    
A. Le nombre de personne réellement disponibles pour travailler sur le projet

Le facteur de surestimation ?
o Voir des disponibilités dans les plannings des équipes et ne pas confirmer auprès d’elles qu’il s’agit d’une réelle disponibilité

o Des problématiques de priorisation du côté des équipes qui pensent être disponibles mais n’ont pas vérifié en amont si elles l’étaient vraiment

Les effets ?
o Du retard qui s’accumule entre les projets en cours, déjà en retard et à venir

o Une surcharge

o Des doublons, des conflits de planning

  B. La capacité de ces personnes à prendre en charge un nouveau projet

Le facteur de surestimation ?
o Ne pas prendre le temps d’évaluer le reste à faire des projets déjà en cours ou en retard

o Ne pas tenir compte d’une potentialité d’imprévu

Les effets ?
o Du côté des équipes techniques, une mise en place parfois bâclée, qui peut mener à une régression des technologies à la prochaine mise à jour

o Une mise en place, sans documentation, ni accompagnement

o Du côté des équipes métier, une mauvaise prise en main des outils, qui génèrent une surcharge et/ou des erreurs de saisie

C. Le nombre de personne nécessaire pour travailler sur le projet

Le facteur de surestimation ?
o Recruter ou externaliser, en cas de problématique de planning ou d’organisation, plutôt que de réévaluer les charges de travail
– OU –
o Manque de moyens et/ou de professionnel•les disponibles (pour ce sujet-là, nous n’avons pas vraiment de solutions, mais il doit quand même être pris en compte)

Les effets ?
o Des surcoûts
o Un fort turn-over
o Des retards
o Désengagement des équipes

Qu’est-ce qu’on surestime concernant les compétences ?  
La maîtrise réelle des technologies qui vont être mises en place

Le facteur de surestimation ?
o Ne pas valider auprès des équipes techniques leur niveau de compétences, ni le temps qu’il leurs faudra pour monter en compétences

o Ne pas avoir passé en revue les compétences requises pour aboutir le projet

o Ne pas valider auprès des équipes métier qu’elles savent utiliser la solution qui va être mise en place, ni si elles ont besoin d’un accompagnement

Les effets ?
o Frustration des équipes
o Rétention d’informations
o Surcharge des équipes

 
Qu’est-ce qu’on surestime concernant l’environnement technique ?
o La compatibilité avec l’existant
o La fiabilité de son système d’information
o La capacité à maintenir un nouveau projet dans le temps
o L’ancienneté de son environnement

Le facteur de surestimation ?
Pour tous ces points, le facteur de surestimation, c’est le manque ou la trop brève évaluation de l’existant technique

Les effets ?
o Coûts imprévus
o Perte de données
o Régression
o Pannes
o Failles de sécurité

#2 Comment pallier ces différentes situations ?

A. Pour la surestimation des effectifs

  • Avant de positionner les équipes, passer en revue les projets en cours et en retard
  • Définir les plannings de manière collaborative, en tenant toujours des projets inachevés
  • Valider régulièrement, auprès des équipes, que les niveaux de priorisation restent cohérents et réalisables
  • Ne pas hésiter à mettre des sujets en pause ou à reporter des échéances, s’il n’y a pas d’autres alternatives

B. Pour la surestimation des compétences

  • Passer en revue les compétences requises pour mettre en place un nouveau projet informatique, des équipes techniques, jusqu’aux utilisateurs finaux
  • Valider la capacité de chaque partie prenante à comprendre et prendre en main les tâches qui vont leur être assignées
  • Anticiper et bloquer du temps pour que les parties prenantes puissent monter en compétences, si la solution le requiert
  • Anticiper et bloquer du temps pour accompagner les utilisateurs finaux

C. Pour la surestimation de l’environnement technique

  • Évaluer sa dette technique
  • Définir des critères de compatibilité et de sécurité
  • Réaliser des mises à jour
  • Réaliser des tests de manière systématique et structuré
  • Réaliser des sauvegardes régulières
  • Définir un plan de maintenance et des modalités de support
  • Communiquer régulièrement sur l’arrivée d’une nouvelle solution et les imprévus éventuels : indisponibilité, coupure de connexion, perte de données…