Recrutement IT : Comment rédiger la plus cool des fiches de poste ?

Le marché du recrutement, dans l’informatique, atteint des records depuis 2021. Cette année, 69%[1] des entreprises françaises envisagent de recruter de nouvelles compétences informatiques, avec notamment des besoins de plus en plus importants chez les PME et ETI.

[1] Source : Usine Nouvelle

Malgré cette hausse des besoins de recrutement IT, 70% des entreprises admettent rencontrer des difficultés à recruter, et ce, pour des raisons multiples :

  • Des candidatures qui ne correspondent pas aux attentes ;
  • Une baisse des candidatures ;
  • Des recrues plus exigeantes, qui ne craignent plus la « démission » ;
  • Un vivier de candidats trop limités…et des difficultés à élargir ce vivier vers des recrues plus « atypiques » …
Nous pouvons compléter cela par les retours d’expérience de nos équipes techniques. Chez Cool IT, nous travaillons principalement avec des informaticien•nes indépendant•es, qui ont opté pour ce statut à défaut d’avoir dénicher des opportunités, en phase avec leurs perspectives de carrière.

À force d’être plus ou moins bien démarchés, plus ou moins bien intégrés, elleux ont accumulé un ensemble de « Red Flag », des signaux d’alertes, communiqués largement dans les communautés de développeur•ses :

  • Le manque d’équilibre entre vie pro et vie personnelle ;
  • Les retards techniques trop importants ;
  • Les organisations trop cloisonnées (les Tech d’un côté, le Métier de l’autre) ;
  • Le refus catégorique de mettre en place du travail hybride ;
  • Le manque de transparence des salaires ;
  • Le peu de temps accordé à la formation, la veille et l’auto-formation…

Mais comment ces personnes arrivent-elles à desceller ces informations, avant même d’avoir intégré l’entreprise ? La réponse…Dès la lecture de la fiche de poste ! En effet, votre fiche de poste peut en dire beaucoup sur les conditions dans lesquelles vos futur•e•s développeur•ses vont évoluer.

Dans cet article, vous trouverez un ensemble de question et de conseils pour réaliser une fiche de poste ciblée et cohérente, et ce, grâce aux étapes suivantes :
  • Valider que c'est bien d'un•e dév dont vous avez besoin ;
  • Cadrer les projets que vous allez lui confier à court, moyen, long-terme ;
  • Définir une promesse claire et réalisable (et un salaire juste) ;
  • Anticiper un parcours de carrière ;
  • Déconstruire vos biais et vos clichés sur les développeur•ses

#1 — Valider que c'est bien un•e dév qu'il vous faut

Les questions à se poser

  • Est-ce que mon besoin fait appel à de la programmation informatique ?
  • Est-ce que je connais les différents types de profil de développeur•se dont j'ai besoin ?
  • Est-ce que je connais les langages de programmation utilisés dans mon entreprise ? À quoi ils servent ? Les personnes qui en sont à l’initiative ?
  • Est-ce que j'ai besoin d'autres compétences en plus de la programmation (gestion de projet, graphisme, sécurité...) ?
  • Ces compétences en plus, correspondent-elles aux compétences de base d'un•e développeur•se ?
  • Ces compétences en plus, sont-elles des savoir-faire ou des savoir-être ?

Pourquoi ces questions ?

L’informatique et les métiers du Digital (plus axés créativité et communication-marketing) regroupent un ensemble de compétences numériques, qui peuvent paraître semblables.

Questionner vos connaissances de ces métiers, vous aidera à confirmer si vous avez besoin d’une personne qui maîtrise la programmation informatique, une personne qui intègre du contenu, ou d’une personne qui administre des contenus.

Sans être expert•e, savoir quel métier sert à quoi, permet d’éviter les écarts entre la fiche de poste, les entretiens que vous allez mener et la réalité du terrain. Programmer, c’est une compétence technique, si ce que vous proposez n’est pas de la programmation, on va vite s’en rendre compte.

En revanche, bons nombres de développeur•ses peuvent avoir des compétences transverses : gestion de projet, graphisme, sécurité, data management…
Ces compétences ne sont pas obligatoires dans les cursus de dév, et varient en fonction des parcours (en école, en reconversion, en autodidacte…)

#2 — Réfléchir en amont aux projets qui vont être confiés

Les questions à se poser

  • Combien de projet avez-vous à confier à la future recrue ?
  • Avez-vous déjà eu à travailler avec un•e dév avant ?
  • Qui sont les personnes avec qui la future recrute va travailler ? Travaillent-elles en présentiel ? Distanciel ? Quels sont leurs rôles ? Peuvent-elles encadrer la nouvelle recrue ? Ou inversement ? Ont-elles besoin d’être encadrées ?
  • Quelles sont les technologies et les outils associés à chacun de ces projets ? Sont-ils suffisants ? Sont-ils à jour ? Avez-vous des manques ?
  • Quels sont les délais de ces projets ? À quels stades d'avancée sont-ils ? Leurs objectifs ?
  • Ces projets sont-ils réalisables à distance ? Qu’est-ce qui doit être réalisé en présentiel ? Qu’est-ce qui ne nécessite pas une présence physique ?
  • Avez-vous suffisamment de projet pour un CDD ? Un CDI ? Du temps partiel ? Du temps plein ?

Pourquoi ces questions ?

Après avoir validé qu’il s’agit bien d’un•e développeur•se qu’il vous faut, reste à savoir si vous avez suffisamment de travail à lui donner, mais pas que…Ces questions vont aussi vous aider à évaluer votre environnement technique et son organisation.

Les acquis et les manques que vous aurez identifiés vous permettront de formaliser :

  • Les technologies et/ou la logique de programmation que la recrue devra connaître ;
  • Les problématiques qu’elle pourrait vous aider à résoudre ;
  • Les compétences relationnelles qu’elle devra développer ;
  • La durée du contrat et les conditions de mobilité ;
  • Son niveau de responsabilité…

#3 — Définir une promesse claire et réalisable

Les questions à se poser

  • Le salaire envisagé est-il juste par rapport aux niveaux de responsabilités, et aux tâches qui seront confiées ?
  • Est-ce que mon entreprise a la capacité de faire évoluer la nouvelle recrue ? En termes de compétences ? De poste ? De salaire ?
  • Quelles sont les valeurs de mon entreprise ? Quelle est sa culture ?
  • Quel type d'organisation mon entreprise est-elle en mesure de mettre en place ? Sur quoi peut-on évoluer ? Sur quoi est-elle figée ?
  • Quelle va être la place de la future recrue dans l'entreprise ? Son rôle ? Le sens de ses missions ?

Pourquoi ces questions ?

La promesse qui découle d’un poste peut être décisive pour un•e candidat•e. En effet, des valeurs fortes, des missions qui ont du sens, peuvent contrebalancer des projets peu « sexy », ou une proposition de salaire un peu basse…

Le sujet du salaire est aussi primordial car, si votre politique de salaire est transparente, votre culture d’entreprise peut être perçue tout comme.

Il en va de même pour les questions de valeur, de sens et d’accompagnement de la recrue. Intégrer une nouvelle personne, c’est intégrer son vécu, et le recul qu’elle pourrait avoir sur votre entreprise.

Il y aura des profils qui s’adapteront complètement à votre organisation, et n’y verront rien à améliorer. D’autres auront des idées, des divergences…mais, en fonction de vos objectifs d’innovation, est-ce vraiment une si mauvaise chose ?

#4 — Définir un parcours de carrière challengeant

Ce dont vous devez tenir compte

  • Les développeur•ses ont besoin de temps dédié à la veille, la structuration de leurs idées, la formation ou l'auto-formation ;
  • Il y a des profils qui souhaiteront gagner en responsabilité, d'autres sont davantage motivés par l’exécution ;
  • Il y a des profils qui voudront voir évoluer leurs réalisations de bout en bout, d’autres juste leur périmètre d’activité ;
  • Il y a des profils qui se satisferont complètement des technologies de l’entreprise (même si elles sont vieillissantes), et d’autres vous accompagneront à rester à l’écoute des tendances, voire être plus avant-gardiste ;
  • Il y a des profils qui souhaiteront rester touche à tout, d'autres souhaiteront se spécialiser (dans la data, l’IA, l'architecture, la sécurité...) ;
  • Il y a des profils qui sont entrepreneur•e dans l'âme, et qui développeront des projets en dehors de l'entreprise (qui peuvent vous servir, ou non) …

Pourquoi en tenir compte ?

Savoir ce qui motive, et maintient la motivation, vous permettra d’anticiper les parcours de carrière et les formations qu’un•e développeur•se pourraient suivre. Savoir que les technologies évoluent aussi vite que les aspirations, vous évitera d’être pris de cours.

Si vous n’avez pas d’idées très claires des perspectives d’évolutions, que vous pourriez proposer à un•e développeur•se, n’hésitez pas à poser la question à celleux avec qui vous travailler déjà. Et si c’est la première fois que vous recrutez ce type de profil, posez la question à des communautés de dév. Quitte à poser la question en entretien !

#5 - Il faut sortir des clichés du geek blanc à capuche !

  • Un développeur, est aussi "une développeuse" ou "un•e développeur•se", avec des origines ethniques diverses
  • Les parcours de dév sont multiples : en grandes écoles, en université, en reconversion, en auto-didacte...
  • C'est un métier tout à fait adapté aux personnes handi, et aux personnes neuro-atypiques
  • L'informatique ça bouge, et ça bouge vite ! Un•e Junior peut autant apporter qu'un•e Senior. Faire collaborer les 2, c'est encore mieux !
  • Junior, ça veut dire "Débutant" pas forcément "Jeune"
  • Senior ça veut dire "Expérimenté", pas forcément "Âgé"
  • Dév, ce n'est pas obligatoirement un travail solo. On peut aussi coder à plusieurs !

Pourquoi en tenir compte ?

Il n’y a pas qu’une « pénurie » de talents. Il y a aussi des talents mis de côté. Mis de côté, parce que nous avons tous des idées préconçues de ce à quoi doit ressembler un•e développeur•se. Et effectivemement, ces idées, ces clichés, sont en pénurie.

En moyenne, les entreprises, qui ont pris le parti de déconstruire le recrutement, pour diversifier leurs équipes techniques, sont 15% à 35%[1] plus performantes financièrement et attractives. Renverser les statuts quo du recrutement IT, n’est pas qu’un enjeu sociétal, c’est aussi un enjeu de développement économique.

[1] McKinsey Diveristy Database « Why diversity matters? »

Pour aller plus loin
Découvrez notre interview de Marcy Charollois,
Consultante en recrutement et créatrice de contenus Social Tech


Comment partir en congés d'été, en toute cybersécurité ?

Le saviez-vous ? L’une des raisons pour laquelle votre entreprise est plus vulnérable pendant les congés, c’est surtout parce que salarié•e•s, comme dirigeant•e•s, n’arrivent pas à se déconnecter de leurs outils professionnels. Tout en étant moins attentifs aux risques cyber !

En période de vacances, 9 dirigeant•e•s sur 10 ne décrochent pas complètement de leur activité.

Côté salarié•e•s, il s’agit de 67% des travailleur•se•s français.

Dans cet article nous allons revenir sur les attaques les plus courantes en période de vacances, les bonnes pratiques à mettre en place avant, pendant et après les congés.

#1 — Quels types d’attaques sont les plus courantes en période de vacances ?

Il y a plusieurs modèles de menaces, en fonction de votre niveau hiérarchique dans l’entreprise, mais aussi vos habitudes et destinations de vacances telles que :

  • Le vol physique de matériel : ordinateur, clé usb, disque dur, téléphone…
  • La perte et la dégradation du matériel (“haaa la pina colada renversée sur le clavier…”)
  • L’installation de logiciel espion
  • Le vol de données
  • Le phishing
  • L’arnaque au président
  • L’infiltration d’appareil

#2 — Mesurer les risques

Afin de protéger correctement l’entreprise, quand il y a des départs en congés, il y a plusieurs étapes à suivre afin d’être en mesure de :

  • Mesurer les conséquences des absences
  • Assurer la continuité d’activité et la réponse à incident
  • Sensibiliser l’ensemble de l’entreprise aux bonnes pratiques de sécurité en vacances

L’idéal est qu’en amont, vous ayez défini les modèles de menaces de l’entreprise, c’est-à-dire une cartographie des différents risques encourus en cas d’absence d’une fonction, d’un service, etc.

Pour définir ces modèles de menaces, il y a plusieurs questions à soulever :
  • Quelles sont les données détenues par chaque service ? Par niveau hiérarchique ?
  • Sur quels matériels et logiciels sont-elles stockées ?
  • A-t-on des outils de détection suffisants pour les protéger ?
  • Les équipes accèdent-elles à ces logiciels sur du matériel mobile ? Professionnel ? Ou Personnel ?
  • Les équipes utilisent-elles des logiciels non-référencés par l’entreprise ?
  • Les équipes sont-elles sensibilisées à la sécurité ?
  • Les équipes amènent-elles leur matériel en vacances ?

Une fois ces modèles définis, vous serez en mesure d’en déduire les risques encourus, en fonction de chaque situation, métier et matériel.

#3 — Sensibiliser et…laisser partir en vacances déconnectées !

Nous sommes tous moins vigilants en vacances. C’est pour cela, que le meilleur moyen d’éviter les cyberattaques, c’est de profiter de ses vacances sans :

  • Vérifier ses emails ;
  • Vérifier ses tickets ;
  • Lire les conversations sur Teams ;
  • Répondre aux appels professionnels…

Au-delà des risques cyber, il s’agit aussi de respecter le Droit à la déconnexion. Il est important de faire comprendre aux salarié•e•s qu’ils ne perdront pas leur emploi, pour ne pas avoir répondu aux sollicitations pendant leurs congés ( c’est la loi 😉 )

Et si vous êtes un super dirigeant·e qui applique et respecte le Droit à la déconnexion. Mais que les salarié•e•s ont toujours du mal à décrocher, il faut sensibiliser aux bonnes pratiques de vacances en toute cybersécurité :

  • Réinitialiser ses mots passe avant de partir et au retour de congés
  • Éviter d’annoncer où et quand on part en vacances sur les réseaux sociaux
  • Éviter de géolocaliser ses photos de vacances et/ou de prendre des photos dans des cadres facilement reconnaissables
  • Ne pas se connecter aux logiciels professionnels sur un WiFi Public
  • Ne pas accepter, ni utiliser, de cadeaux type clé USB, disque dur externe, carte SD…
  • Activer la vérification des paiements sur son application bancaire
  • Privilégier l’utilisation d’un VPN, même sur mobile
  • Ranger le matériel professionnel en lieu sûr et clos
  • Éviter au maximum de se connecter aux logiciels professionnels sur du matériel personnel
  • Éviter de stocker ses mots de passe dans les trousseaux des navigateurs ou des téléphones
  • Ne jamais se connecter sur des appareils publics

Nous savons très bien que tout cela est plus facile à dire qu’à faire. Les habitudes mettent du temps à évoluer, surtout en termes de cybersécurité en entreprise. C’est justement pour ça qu’il est essentiel :

  • D’anticiper vos modèles de menace
  • De définir vos risques et les conséquences de ces risques
  • De sensibiliser régulièrement autant les dirigeante·s que les salarié·e·s

En ritualisant de plus en plus ces bonnes pratiques, quelle que soit votre fonction ou votre niveau hiérarchique, vous gagnerez en autonomie, et serez de plus en plus en mesure de savoir comment agir en cas de cybermenace.

Bonnes vacances à tous·tes 🙂 !


Les mondes imaginaires sont-ils toujours des safe place pour les personnes minorisées ?

Pendant longtemps, les jeux vidéo qui se déroulaient dans des mondes imaginaires, pouvaient être un moyen d’affirmation de soi pour les personnes minorisées. Ou un moyen de s’évader d’un système oppressif.

L’avatar, notamment, pouvait être, aussi bien une réplique de soi-même, qu’une projection de ce que la société nous empêche d’être. Le choix d’un rôle, du contrôle d’une histoire, pouvait être un moyen de ré-appropriation de ce qui nous échappe IRL[1].

Pourtant, 83%[2] des gamers, de 18-45 ans, ont subi du harcèlement en jouant aux jeux vidéo, dont 71% allant jusqu’à des agressions graves : menaces physiques, stalking[3], chantage…Ces agissement sont en augmentation depuis 2019.

Pour 1 gamer sur 2, les raisons sont liées à leur religion, leurs identités de genre, leur orientation sexuelle ou leurs origines. Même dans un monde imaginaire, iels se retrouvent alors, autant stigmatisé·e·s que dans leur quotidien « réel ».

[1] IRL = In Real Life, Dans la vraie vie
[2] Rapport de l’ONG ADL “Hate is No Game: Harassment and Positive Social Experiences in Online Games 2021”
[3] Stalking = Fait de traquer une personne en ligne et/ou dans la vraie vie

#1 C’est quoi une safe place ?

C’est un espace bienveillant et protecteur, où des personnes minorisées et discriminées, se retrouvent pour différentes activités, très souvent empêchées ou polluées par des personnes oppressives.

Ces espaces sont aussi bien physiques que virtuels. Ils sont souvent fondés, par et pour les personnes minorisées, avec ou sans leurs allié•e•s

Dans les milieux du jeu, les safe place sont surtout créés pour jouer en ligne loin des « haters » » et des » trolls », mais aussi pour donner de la visibilité à des profils de joueur•ses qu’on ne voit pas assez.

On les retrouve notamment dans des associations militantes, des groupes de discussion ou des applications de mise en relation.

#2 C’est quoi un HATER et un TROLL ?

Hater
[ɛ.tœʁ] Nom, anglicisme
Personne qui dénigre d’autres personnes sur internet, en raison d’un critère qu’iel déteste, un désaccord, ou un biais d’intolérance

Troll
[tʀ ɔl] Nom, originaire de Suède
Personne ou message, qui vise à provoquer et/ou susciter des polémiques afin de perturber une discussion ou une personne

#4 Comment en sommes-nous arrivés là ?

Dans les faits, le harcèlement et agressions en ligne, ont toujours été présents dans les communautés de jeux en ligne. On peut pointer plusieurs phénomènes qui ont contribué à renforcer ces comportements :

  • L’augmentation de la pratique du jeu multi-joueur en ligne, associé à des canaux de discussion, où les joueurses discutent pendant le jeu (chat, live streaming, salon audio…)
  • L’évolution des moyens de cyberharcèlement et cyberintimidation intraçable. Les agresseurs redoublent d’ingéniosité pour contrecarrer les règles de modération
  • Il est de plus en plus facile de « stalker » une personne afin de récolter des informations pour lui nuire. On appelle ça le « doxxing »
  • Les agressions se déroulent en majorité dans le jeu, et laisse de moins en moins de traces à l’écrit
  • L’écran donne l’impression aux agresseurs, que leurs actions n’ont pas de conséquences
  • Ce sentiment d’impunité est d’autant plus renforcé par le manque de volonté de modération et/ou de moyen de modération, sur les plateformes de discussion

#5 Les mondes imaginaires restent des créations humaines, avec des biais bien humains

L’un des éléments qui « permettent » (avec de GROS guillemets) aussi les agressions, c’est la narration des jeu, associée aux représentations qu’évoquent certains personnages.

Même si les mondes sont imaginaires, ils peuvent parfois répliquer :

  • Des rapports de dominants-dominés ;
  • Des rapports abusifs ;
  • Des situations qu’il faut résoudre par la violence ;
  • De la fétichisation et/ou sexualisation des corps.

On va éviter les raccourcis type « Les jeux vidéo rendent violents ». L’idée ici est de rappeler qu’en fonction de nos biais, et de nos vécus, certaines représentations, certaines histoires, entretiennent la violence des agresseurs, et leur sentiment d’impunité.

Nous faisons plutôt face à une double problématique, liée à des sujets plus sociétaux :

  • Le manque de sensibilisation contre le harcèlement et ses conséquences
  • Le manque de sanction et de médiatisation des sanctions face à ces comportements

#6 Le soucis de la performance

Autre motif, qui poussent certaines personnes à polluer l’expérience de jeu, c’est leur rapport à la performance de jeu.

Pour les jeux narratifs, l’objectif est d’entretenir une histoire

Pour ces types de jeu-là, on peut davantage jouer en ligne, dans un cadre bienveillant, car on n’a peu, voire pas, d’interaction avec d’autres personnes.

Pour les jeux de gestion ou de création, l’objectif est de créer puis de gérer un monde

En fonction des joueur•ses, les premières agressions viennent parce qu’on n’est pas d’accord sur la manière de faire ; pour saboter les choix du groupe ; ou venir d’une frustration de ne pas être en mesure d’avoir un monde aussi « stylé » que les autres.

Pour les jeux d’affrontement, l’objectif est d’être le n°1

C’est là qu’on retrouve le plus de « toxicité » liée à la performance

  • On reproche aux autres sa défaite, ou celle de son équipe
  • Pour les plus intolérants, on estime qu’il n’y a que les hommes cisgenres, qui soient capables d’être performants
  • Pour les plus frustrés, on y estime que les personnes marginalisées qui performent, prennent la place des joueurs « qui étaient là avant »
  • Pour les plus incohérents, on décrète que les personnes marginalisées perturbent la performance…par leur existence

#7 Les safe place, on les crée

Malheureusement et heureusement, les safe place sont des espaces qui se créent par les personnes concernées.

Ce qui est cool

  • On peut y être soi-même
  • Il y a moins de toxicité
  • Il y a davantage de soutien et d’entraide
  • L’expérience de jeu est peu perturbée
  • La modération est réelle et plus efficace

Ce qui est moins cool

  • Le problème des haters et des mauvais trolls n’est toujours pas résolu
  • Les plateformes ne sont pas assez responsabilisées sur les sujets de modération, ni de sensibilisation
  • Pour les débutant•e•s, les espaces bienveillants ne sont pas accessibles tout de suite
  • Ce sont les victimes qui ont la charge de se protéger


Cybersécurité : à quoi sert un exercice de crise ?

Quand on pense à exercice de crise, comme beaucoup de sujet de cybersécurité, on a tendance à se dire qu’on n’est pas concerné, que c’est un projet lourd à mettre en place, ou qu’on se posera la question le jour où cela arrivera.

Nous savons aussi que l’approche par le risque est une approche lourde pour bon nombre d’organisation, parce qu’elle peut être rapidement anxiogène.

Et pourtant ! Rien de mieux que la mise en situation pour comprendre les enjeux de sécurité ! Et ce, pour plusieurs raisons :

  • Cela permet de se poser les bonnes questions ;
  • Cela implique toute l’entreprise ;
  • Cela permet de visualiser concrètement ce qu’on fait de bien et ce qu’on peut améliorer.

On va vous éviter les expressions bateaux, type « il vaut mieux prévenir que guérir », mais globalement, en sécurité informatique, les coûts du manque d’anticipation ou de sensibilisation peuvent être très importants pour votre entreprise, quelle que soit sa taille.

Alors, dans quel contexte faut-il organiser un exercice de crise ? Sous quelle forme ? Avec qui ? Erwan Moyon vous fait part de son retour expérience, en tant qu’Ingénieur SI, anciennement Consultant en Sécurité des Systèmes d’information.

#1 — Qu’est-ce qu’un exercice de crise en cybersécurité ?

Un exercice de crise est une mise en scène, comme un jeu qui intègre différents acteurs d'une entreprise. Il se veut ludique et accessible.

Son objectif est de tester des situations de crise propre à l’entreprise pour mettre en avant des points d’amélioration, de sensibiliser et former les équipes à ce type d’évènements rares.

Dans le cadre de la cybersécurité, il s’agit d’organiser une mise en situation de cyberattaque ou de cyberincident.

#2 — Dans quel cadre doit-on organiser un exercice de crise ?

Il y a différentes situations qui peuvent justifier l’intérêt d’organiser des exercices de crises :

  • Lorsque l’entreprise devient publiquement connue, cela attire les hackers et personnes malveillantes ;
  • Lorsque l’entreprise a été hackée et a besoin de s’entraîner dans sa gestion de crise ;
  • Lorsque l’entreprise s’apprête à lever beaucoup d’argents, ou dans le cadre d’une fusion-acquisition qui viendrait à modifier l’organisation de l’entreprise

#3 — Est-ce qu’il faut obligatoirement des spécialistes de la cybersécurité pour le faire ?

Les spécialistes sont les garants du suivi et de l’application des procédures de réponses à une crise. Ce n’est pas obligatoire, mais cela reste préférable pour :

- Conseiller la direction ;

- Définir des scénarii basés sur les tendances des cyberattaquants ;

- Investiguer et analyser les incidents qu’on va mettre en scène ;

- Accompagner les équipes IT et métier pour faciliter la communication et la remontée d’information ;

- Analyser les résultats de l’exercice et définir les plans d’amélioration et de sensibilisation

#4 — Quel type d’exercice de crise peut-on organiser ?

Il existe deux types d’exercice de crise : L’exercice sur table et l’exercice en réel.

Leur mise en place diffère en fonction des moyens de l’entreprise et de ses objectifs.

L’exercice sur table consiste à définir un scénario de crise propre à l’entreprise et de suivre une chronologie d’évènements. Ces évènements sont définis sur papier (ou PowerPoint).

Tous les participant•e•s vont devoir répondre à chaque évènement comme s’il était réel.

L’avantage de ce type d’exercice est qu’il est rapide à mettre en place et à simuler car il ne nécessite pas d’utiliser le système d’information.

L’exercice en réel est une mise en situation réelle. Par exemple, on peut installer un vrai sur une copie du système d’information. On va ensuite analyser en temps réel l’évolution du virus, ses impacts, les moyens à déployer pour le mitiger, la réaction des équipes etc.

L’avantage de ce type d’exercice est qu’il permet de tester le fonctionnement des logiciels de sécurité et d’analyser l’organisation de l’entreprise face à une cyberattaque.

En revanche, il nécessite un temps de préparation conséquent.

#5 — C’est quoi le déroulé classique d’un exercice de crise ?  

Un exercice de crise s’organise en plusieurs temps.

Il faut d’abord cadrer et définir des scénarii de crise : que souhaite-t-on évaluer ? Quel est l’objectif de l’exercice de crise ? De quel type d’intervenants a-t-on besoin ? Quels sont les moyens IT qu’on peut mobiliser ? Qui est disponible pour y participer ? En moyenne, il faut bien 1 à 2 mois de préparation

Ensuite, il faut mobiliser les équipes, sur des temps où elles sont réellement disponibles. Il ne faut pas oublier qu’un exercice, c’est comme un jeu de rôle ou une simulation, il faut vraiment être impliqué dedans pour cela fonctionne. Si les équipes ont d’autres priorités ou si elles sont prises de court, l’exercice va les contraindre plus que les sensibiliser.

Pour les mobiliser, il est essentiel de prendre le temps d’expliquer régulièrement l’objectif de l’exercice, mais surtout de présenter les bénéfices que cela peut avoir. Pour cela, il faut aussi prévoir un plan de communication interne, au moins 1 mois à l’avance, avec des rappels. Quitte à mettre en place une permanence, pour répondre aux questions des participants.

L’exercice en lui-même dure de 1 à 3 jours, en fonction des scénarii choisis.

À la fin de l’exercice, on réalise un bilan à chaud, comme à la fin d’une formation. On organise également une enquête quelques temps après l’exercice. Cette enquête permet de comprendre comment l’exercice a été vécu, évaluer le niveau de compréhension, évaluer la culture sécu de l’entreprise en cas de crise…

Enfin, on réalise également un bilan global, à froid, qui comprend les points d’amélioration, mais aussi les bonnes pratiques à maintenir. Ce bilan est censé être décliné en plan d’action.

#6 — Comment faut-il communiquer un exercice de crise ?

La communication est très importante lors de l’organisation d’un exercice de crise

Les personnes mobilisées ne sont pas nécessairement très sensibilisées à ce qu’est un exercice de crise, notamment sur des sujets informatiques. Elles connaissent les risques de leur activité, mais n’y pensent pas tous les jours.

Il faut favoriser une communication en plusieurs temps également, avant, pendant et après. On peut évoquer les enjeux de l’exercice, réfléchir à des messages ludiques, d’autant plus qu’un exercice est assez ludique !

#7 — Qu’est-ce qu’on fait après avoir mis en place l’exercice ?

Après avoir réalisé un exercice il faut :

- Tirer un bilan des points positifs (ce qui a fonctionné) et les points d’amélioration (ce qui a moins bien fonctionné)

- Maintenir une certaine transparence sur les bilans, en évitant d’enjoliver les points d’amélioration ; le but de l’exercice c’est d’apprendre de nos erreurs courantes

- Définir un plan d’action cyber : mise à jour de procédures, renforcement de la communication, amélioration des outils…

- Le must du must, c’est de prévoir d’autres exercices pour s’améliorer continuellement jusqu’à qu’il y ait une vraie culture de la cybersécurité dans l’entreprise

#8 — C’est quoi les bénéfices concrets d’un exercice de crise ?

Concernant la cybersécurité, c’est une opportunité pour l’entreprise de :

- Identifier les points d’amélioration

- Comprendre les problèmes de communication interne et de sensibilisation à la sécurité

- Mettre en place des bonnes pratiques de cybersécurité, en fonction de chaque activité, de chaque outil utilisé

- Sensibiliser l’entreprise à la gestion de crise et instaurer une culture sécurité


Comment mettre en place une feuille de route pour un projet informatique ?

« Alors on en est où ? »

Cette question anodine suscite à la fois de l’enthousiasme (quand on a bien avancé) mais aussi beaucoup de frustration (quand on est en retard ou qu’on ne sait pas).

Pour arriver à y répondre sans stress, il y a un outil imparable, à la fois collaboratif et structurant : le feuille de route (ou roadmap).

Quelle que soit la forme que vous lui donnez, la feuille de route permet à tous les intervenant•es d’un projet informatique :

  • Identifier les rôles et les relations entre chaque personne
  • Comprendre les objectifs du projet
  • Suivre les avancées et les communiquer
  • Prioriser et réagir en cas de retard

C’est l’outil qu’il vous faut ? On vous explique en quelques étapes comment définir votre feuille de route IT.

#1 — C’est quoi une feuille de route concrètement ?

Une feuille de route, également appelée roadmap, est un document qui présente les principales étapes à suivre pour réaliser un projet. Ces étapes ont pour vocation d’être ensuite planifiées dans le temps.

Pour un projet informatique, à quelques spécificités près, le découpage est assez standard :

  1. Analyse de l’existant
  2. Conception
  3. Développement
  4. Test
  5. Déploiement
  6. Maintenance

#2 — Comment structurer une feuille de route ?

Une feuille de route se structure en trois grandes parties :

  • Tout d’abords, vous définissez des « jalons », c’est-à-dire un ensemble de temps forts et/ou d’objectifs à atteindre
  • Dans ces jalons, vous spécifiez des tâches à réaliser pour atteindre chaque objectif. En fonction des jalons, il y a peut-être un ensemble de tâches à rassembler en « chantier », qui constituent un « sous-jalon »
  • Pour chaque tâche ou chantier, vous associez des personnes qui auront chacune des responsabilités dans la réalisation des tâches
  • Ceci fait, vous inscrivez un niveau de priorité et des échéances pour chaque tâche ou chantier
  • À l’issue de ce découpage, vous avez suffisamment d’éléments pour faire un planning

#3 — Quels sont les contenus les plus importants à suivre dans une feuille de route ?

Pour que votre feuille de route soit efficace, il y a plusieurs éléments importants à intégrer, et à valider régulièrement :

À intégrer À valider
Les charges temps Combien de temps faut-il pour réaliser une tâche ?
Ce temps a-t-il été respecté ?
Le budget Combien a-t-on investi pour aboutir un jalon ?Combien a-t-on réellement dépensé ?
Les rôles et responsabilités Les rôles sont-ils cohérents ?
Les niveaux de responsabilité sont-ils clairs ?
Les effectifs sont-ils suffisants ?

C’est uniquement sur la base de ces éléments, qu’il est possible de définir une feuille de route claire, et suffisamment précise pour piloter un projet.

#4 — Comment mettre à jour une feuille de route ?  

Nous mettons une feuille de route à jour dans les situations suivantes :

  • Quand un chantier, une tâche ou un jalon est terminé
  • Quand un risque vient impacter ou remettre en question la réalisation d’un chantier ou d’une tâche
  • Quand une tâche a été mal estimée, ou qu’une nouvelle tâche doit être ajoutée et planifiée

#5 — Qui doit avoir la charge du suivi d’une feuille de route ?

Une feuille de route est gérée et pilotée par un•e chef•fe de projet, qui la met à jour en collaborant avec les différents intervenant•es du projet :

  • Les équipes métiers ;
  • Les services IT ;
  • Les intervenant•es externes.

#6 — Quels sont les supports les plus pertinents pour mettre en forme une feuille de route ?

Il n’existe pas de supports prédominants pour définir une feuille de route, cela dépend des affinités du/de la responsable du projet, avec les outils qu’il/elle utilise habituellement.

En revanche, on peut identifier des usages spécifiques en fonction du support :

  • Les outils de bureautique (type Suite Office) :
    • EXCEL : Utiliser pour définir le planning et organiser les chantiers du projet
    • PowerPoint : Utiliser pour communiquer les avancées et réaliser le reporting lié à la feuille de route
    • Sharepoint : Utiliser pour communiquer les avancées de manière plus ludique et visuelle, pour associer des documents
  • Les outils de gestion de backlog type JIRA ou Trello : Outil tout-en-un, très orienté développement informatique, pour planifier et définir les chantiers d’un projet en même temps
  • Les outils de planning type Planner ou Monday : Outil collaboratif, plutôt orienté processus, qui permet à la fois de planifier et de donner une vue d’ensemble au projet

Une fois structurée, les rôles clarifiés et les différentes charges du projet définies, le suivi d’une feuille de route offre plusieurs bénéfices :

  • Fluidifier la communication : Une feuille de route est facile à lire ce qui permet de rapidement communiquer sur ses avancées, blocages, etc. auprès de n’importe quel interlocuteur d’un projet
  • Renforcer la collaboration : Ce document unique et central permet de renforcer les échanges et le travail entre les équipes IT et les équipes métiers
  • Faciliter la prise de décision : Une feuille de route permet de rapidement mettre en avant des risques capacitaires, financiers ou les conflits de planning, afin de prendre des décisions
  • Prioriser les chantiers : Une feuille de route permet rapidement d’identifier et de définir des priorités vis-à-vis des jalons importants, de leur complexité de réalisation et des délais de livraison

 


Quels outils pour travailler l'UX de son site soi-même ?

Quand on parle d’UX, on parle d’« expérience utilisateur ». Qu’est-ce que c’est ? Il s’agit de la manière dont votre site guide l’internaute à naviguer sur votre site internet. Selon vos objectifs, l’UX de votre site est censé accompagner l’internaute à aller sur certaines pages et cliquer sur certains liens. Pour guider correctement l’internaute, il faut imaginer, penser, puis créer un parcours. C’est à partir de ce parcours, que l’on décline le « front » d’un site (ce qui s’affiche à l’écran), ainsi que les conditions du « back » (les règles qui font fonctionner les interactions entre le site et l’internaute).

Souvent considéré comme une contrainte de développement supplémentaire, en vérité, l’UX c’est avant tout :

  • Faciliter la navigation et l’accessibilité
  • Définir des interfaces « design », au sens « utiles » et « cohérentes »
  • Créer des parcours efficaces, qui répondent à des objectifs précis

Il y a quelques mois, nous avons écrit « Comment créer un site à petit budget ». Aujourd’hui, nous complètons ce 1er article avec une sélection de ressources pour vous aider à mieux définir l’« expérience utilisateur ».

#1 – Qu’est-ce que l’UX et l’UI ?

        L’UX est l’abréviation « User Experience », dit en français « expérience utilisateur ». Il s’agit du parcours réalisé par l’internaute sur un site internet. L’UX Design consiste alors à concevoir des interfaces, afin que cette expérience soit satisfaisante pour vous et pour l’internaute :

  • Pour un site institutionnel, il s’agit de concevoir des pages claires, concises et performantes ;
  • Pour un site marchand, il s’agit de concevoir un parcours d’achat fluide, agréable et facile à comprendre
  • Pour un site type intranet, il s’agit aussi de clarté, de fluidité, notamment pour accéder à la bonne information, au bon moment

Pour cela, il faut être en mesure de répondre aux besoins et habitudes de l’utilisateur.

Le travail côté UI, c’est l’interface visible par l’utilisateur, qui vient après le travail de l’UX. Il s’agit de positionner des éléments comme les boutons, le menu, les images etc. Il s’agit aussi d’associer ces éléments à une charte graphique.

C’est la complémentarité de l’UX, l’UI et du développement informatique, qui permet à un site d’obtenir une optimisation maximale de la navigation.

Avant de vous lancer tête la première dans le développement de votre site, il y a donc des étapes de conception à respecter, basé sur les habitudes de l’internaute, ainsi que vos objectifs (convaincre, vendre, rassembler etc.)

Pour concrétiser cela, il est essentiel de réfléchir à la structure de votre site et au parcours que vous allez proposer aux visiteurs. On parle de wireframe.

#2 – Quelques bases pour une meilleure expérience utilisateur

Faciliter la lecture des textes

Selon la lecture et son sens, il est nécessaire que les zones de textes soient à des endroits stratégiques. La lecture la plus commune est la lecture en Z. Certains sites peuvent aussi utiliser la lecture en T. De plus, pour que la lecture soit agréable, il faut qu’il y ait un équilibre texte / image. Auparavant, la règle disait : 40% image, 60% texte. Maintenant, les choses évoluent et c’est au goût de chacun. Cependant, attention au trop plein de texte condensé, qui peut rapidement noyer l’information.  

Adapter la navigation à tous les supports

En un mot : responsivité ! C’est un élément primordial et essentiel pour que tous les navigateurs puissent avoir accès à votre interface, c’est ce qu’on appelle le mobile first. Un site construit sur un écran doit être adapté aux surfaces plus minimes comme celles des smartphones.

Aujourd’hui tout le monde peut se connecter à internet sur son mobile. En fonction de produit que vous vendez, la règle s’impose plus ou moins. Cependant, il n’est plus possible de ne pas le rendre accessible aux mobiles.

Attention au poids des pages

Le poids des pages est important pour qu’elles ne « tournent » pas trop longtemps. Pour cela, il faut veiller à ne pas intégrer trop d’animations, limiter le poids des images et des vidéos. Le choix des éléments visuels de votre site internet doit aussi répondre à des objectifs précis. Si un visuel n’est pas utile à la navigation, qu’il est juste là pour faire « joli », il peut l’alourdir.

Miser sur les CTA

Les CTA, « Call To Action” sont indispensables dans la construction de vos pages. Une page = un objectif = un CTA. De cette façon l’internaute est guidé sur les actions qu’il doit réaliser pour satisfaire ce qui l’a poussé à venir sur votre site. Comme pour les visuels, la place des CTA doit être bien équilibrée, pour ne pas perdre l’utilisateur.

#3 – Quels outils de conception choisir ?

Ces logiciels sont à utiliser en amont si vous, ou une personne tierce, doit se charger de créer des wireframes :

  • Balsamiq 
    • Tarifs accessibles
    • Plusieurs possibilités d’utilisation (en ligne, sur son ordinateur, à synchroniser avec d’autres logiciels de gestion de projet)
    • Possibilité de collaborer à plusieurs
    • Simple d’utilisation
  • Sketch :
    • Tarifs accessibles
    • Utilisation en ligne
    • Très complet et intuitif
    • Possibilités d’y ajouter des plugins complémentaires
    • Demande des connaissances en design
  • Invision :
    • Version gratuite, très exploitable
    • Utilisation en ligne
    • Possibilité de collaborer à plusieurs
    • Possibilité d’intégrer des solutions tierces
    • Templates prédéfinis

Pour compléter cet article, voici d’autres plateformes qui vous permettront de créer des maquettes et des prototypes :

  • Mockinbird :  
    • Outil très facile à prendre en main
    • Possibilité d’animer les wireframes et les maquettes
    • Version gratuite limitée
    • À partir de 12$/mois
  • Axure :
    • Plateforme moins évidente à prendre en main mais plus de liberté d’utilisation
    • Gratuit pour les enseignants et étudiants
    • 29$/mois pour les professionnels
  • Justinmind :
    • Outil de prototypage web et mobile
    • Facile à prendre en main, possibilité d’importer ses propres visuels
    • Possibilité de le télécharger gratuitement ou de choisir un forfait à partir de 9$/mois

Pour créer un site internet, il ne suffit pas de mettre toutes les informations que l’on souhaite. Tenir compte de l’UX, et y réfléchir en amont, facilitent le travail de design et de développement.

De plus, en fonction de vos objectifs, toutes les pages ne se construisent pas de la même manière : il y a des spécificités à prendre en compte, selon si vous voulez informer ou vendre, par exemple.

Enfin, il faut veiller à la fluidité de votre navigation, l’adapter à tous les supports, ne pas surcharger votre site d’images lourdes ou inutiles, et bien positionner les Call-to-action.

Il existe différents outils, en fonction de vos moyens et de vos compétences, pour mieux réfléchir votre site internet, et créer des wireframes.

Psss, un petit secret : les prestations de développement de site internet coûtent moins cher et durent moins longtemps, quand vous avez déjà défini un parcours de navigation et/ou des wireframes en amont ;)

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin d’aide pour construire le site internet de vos rêves !


Interview Ali Moutaib : Croissance et disparités technologiques des pays d'Afrique

Sur le compte Instagram de l’agence (@cool_it_fr), on parlait la semaine dernière des inégalités et disparités technologiques entre les continents : Qui a accès à Internet ? Quelles sont les habitudes ? Quel est l’impact des disparités sur le développement des pays ? Le développement des personnes ?

Afin de compléter nos différentes publications, sous forme de cartographie, nous avons également échangé avec Ali Moutaib, Directeur d'un cabinet de conseil, spécialisé en stratégie et intelligence économique, basée au Maroc.

Nous avons souhaité en savoir plus sur la vision business, qu’on pouvait porter sur les évolutions technologiques des pays d’Afrique.

#1 — Peux-tu te présenter ?

Ali Moutaib, directeur associé d'un cabinet spécialisé en stratégie et intelligence économique, je suis aussi directeur d’une filiale d’une école du même secteur.

#2 — Peux-tu présenter ton activité professionnelle ? Pourquoi fait-on appel à ta société ?

 Le métier de la data et de l’information est au cœur des services que nous proposons à nos clients. Si la data est considérée comme le pétrole du 21ème siècle, notre objectif est d’en faire un levier créateur de valeur pour nos clients.

Soit en protégeant leurs actifs : mise en place de veille stratégique et compétitive pour leur produit, mais aussi des services de gestion de risques et de crise (informationnel, cyber). Nous exploitons aussi l’information afin de booster la compétitivité, et la visibilité de nos clients, à travers nos outils d’analyse.

#3 — Pourquoi avoir choisi d'installer ton activité au Maroc ?

Avec une approche business et de coopération sud-sud dynamique sur le continent africain, le Maroc est aujourd’hui un pivot géopolitique et business se situant entre l’Europe, le Moyen Orient et l’Afrique. Notre cabinet a choisi d’accompagner ce mouvement en essayant d’apporter notre pierre à l’édifice.

#4 — Quelle place occupe le web et les nouvelles technologies dans ton activité ? Celle de tes clients ?

La digitalisation occupe aujourd’hui une place de première importance dans le cœur de métier, et des préoccupations de nos clients. Internet est au cœur des enjeux stratégiques des missions, sur lesquelles nous intervenons. Il constitue aussi un levier de développement important dans notre entreprise, que cela soit dans nos processus métiers, mais aussi dans notre stratégie de développement, et à travers nos outils d’analyse de data

#5 — Quelle vision as-tu des disparités entre les différents pays d'Afrique, en termes de développement technologique et d'innovation ?

Il faut noter que le continent africain a rattrapé son retard au niveau du développement technologique et d’innovation ces 20 dernières années.

Les initiatives technologiques ne manquent plus au continent, et la crise sanitaire a aussi accéléré ce phénomène.

Néanmoins, les disparités restent présentes, et se traduisent plus dans les zones rurales, moins connectées, et plus pauvres en termes d’accès à l’information, que les zones urbaines. C’est ce qui accentue plus cette hétérogénéité.

#6 — Comment peut-on expliquer ces disparités ?

Les raisons sont multiples, nous pouvons citer :

·      La pauvreté dans les pays les moins avancés, car le coût pour avoir accès à l’information est très élevé

·      L’éducation et l’analphabétisme sont l'une des principales raisons pour lesquelles certains pays d’Afrique sont à la traîne par rapport au reste du monde.

·      Les politiques gouvernementales, certains pays du continent investissent moins dans les nouvelles technologies, que les autres pays du monde

·      Les infrastructures inadéquates sont également un facteur contribuant à cette disparité, notamment les zones rurales qui sont moins connectées.

#7 — Quels sont les impacts principaux sur les populations ?

Si des mesures rigoureuses ne sont pas prises pour réduire le fossé entre ces pays, les disparités seront de plus en plus flagrantes, et nous auront une fissure au sein du continent. Ce qui créera une Afrique à deux vitesses. Tous les secteurs seront impactés : Industrie, agriculture informatique…etc.

#8 — Aujourd'hui, quels sont les besoins principaux liés à internet des différentes populations ?

Internet a révolutionné les communications, à tel point qu'il est désormais notre moyen de communication préféré au quotidien.

Mais il a lui-même été transformé. Si nous nous rappelons bien qu’à ses débuts, il s'agissait d'un réseau statique conçu pour transporter un petit fret d'octets ou un message court entre deux terminaux ; c'était un référentiel d'informations où le contenu était publié et maintenu uniquement par des codeurs experts. Aujourd’hui nous sommes tous des commentateurs, des éditeurs et des créateurs.

Internet n'est plus uniquement un échange d'informations : c'est un outil multidisciplinaire sophistiqué. Il est l'un des principaux moteurs de l'économie d'aujourd'hui. Personne ne peut être laissé pour compte. Même dans un cadre macroéconomique difficile, Internet peut favoriser la croissance, associée à une productivité et une compétitivité accrue.

#9 — Où se situent les bassins d'innovation et de compétitivités informatique africains les plus importants ?

Le Nigeria, l'Afrique du Sud et le Kenya sont dans le top 5 des pays africains avec les écosystèmes de startups les plus développés.

Il faut par ailleurs noter aussi un écosystème d’innovation très important au Rwanda, mais aussi en Egypte, principalement dans l’industrie de la Fintech.

#10 — Quels sont les activités informatiques les plus compétitifs sur ces bassins ?

Software & Data, Fintech, la technologie de l'énergie et de l'environnement, la technologie du commerce électronique et de la vente au détail, la technologie des transports et la technologie de l'éducation.

#11 — Quelles sont les solutions / initiatives mises en place ou à venir pour réduire les inégalités techniques ?

Pour réduire ces inégalités techniques il faut combattre et résoudre les problèmes qui les engendrent : investir dans les infrastructures, dans la formation, contrer la pauvreté à travers l’éducation, et surtout combattre la corruption. Ce ne sont pas les richesses qui manquent sur le continent, mais l’exploitation des richesses qui est mise en question. L’adoption même d’une politique technologique pourrait permettre d’économiser de 5 à 9 milliards de dollars, soit environ 1,7 % du PIB (Digital Révolutions in Public Finance, FMI, 2017).

 

Interview réalisée dans le cadre du thème
« Le web est-il égalitaire ? »
Retrouvez les post ici : https://www.instagram.com/cool_it_fr/ 


Interview de Sylvain Abélard : Les entreprises peuvent-elles utiliser des logiciels gratuits ?

"L'internet libre est-il gratuit ?" C'est la question qui a rythmé la rédaction d'un des thèmes de notre Instagram : @cool_it_fr

Pour y répondre, nous avons abordé la question sous plusieurs angles :

  • Celui des internautes
  • Celui des professionnels du contenus
  • Celui de l'économie

En tant qu'informaticien•ne, quand nous pensons à "la gratuité", nous pensons à l'Open Source. Et bien souvent, nous grinçons des dents, parce qu'en tant que créateur-technicien, pour nous rien n'est jamais vraiment gratuit, et ne devrait jamais l'être totalement pour rester performant et sûr pour les internautes.

Sylvain Abélard, ingénieur Software et partner de la société Faveod, a pris le temps d'échanger avec nous à ce sujet.

#1 - Quel est ton rapport à la gratuité des services en ligne ?

En tant que client, je veux du tout gratuit. Mais si c'est gratuit, c'est vous le produit !

Dans l'ensemble j'ai tendance à fuir le Web gratuit même si la prison Google est dorée.

Mais pas que Google : les exemples ne manquent pas ! Il faut "juste" suivre l'argent et l'histoire.

Les services Google sont pratiques, et comme tout le monde j'apprends ensuite leur coût en données personnelles, en services qui me rendent captifs (le confort d'un tableur partagé), en services qui ferment (Reader, leurs nombreuses messageries) ou qui font le bras de fer avec les acteurs établis (la presse, les commentaires sur Maps).

J'ai appris à me méfier de services qui montent trop vite, puis qui ferment les accès à du contenu que je voulais voir ouvert (Quora, Medium). On sait bien qu'exposer son travail chez un autre, c'est prendre le risque qu'il garde, change, ferme...

On pourrait aussi vouloir un monde moins centralisé, et s'efforcer de prendre des services "moins chers et très pratiques". Hélas, ils se feront plus ou moins rapidement racheter : Instagram, WhatsApp, Bandcamp, Skype, Tumblr... avec les changements au service que cela peut impliquer.

"En tant que consommateur responsable, je suis content de payer pour des services de qualité, et aussi pour montrer qu'une approche légale et profitable existe."

Quitte à parler d'histoire ancienne, durant un très court laps de temps, on a vu du RSS partout : des outils ouverts, le rêve que chacun ait son petit serveur et sa part d'internet à soi ! On avait des agrégateurs, des outils permettant de se faire des pages, qui utilisent plusieurs services ouverts...

Puis très vite les intérêts commerciaux ont cherché à re-centraliser ce qui était décentralisé, souvent à perte, dans l'espoir de devenir un acteur indispensable et monétiser tout cela.

En tant que consommateur responsable, je suis content de payer pour des services de qualité, et aussi pour montrer qu'une approche légale et profitable existe. À l'époque, le "danger du piratage" faisait parler jusqu'à l'Assemblée ; depuis, Netflix a mis tout le monde d'accord... et le marché s'est de nouveau fragmenté, le piratage revient plus fort, et ainsi de suite.

Payer, c'est aussi pouvoir voter avec son porte-monnaie : quand diverses entreprises ont voulu ajouter des NFT dans leur produit, il a fallu des mouvements de communautés entières pour dire aux managers "non, nous n'en voulons pas, et nous sommes prêts à quitter le service".

#2 - Pour nous, Internet s'est fondé sur la gratuité des savoirs et sur le partage, que penses-tu de l'évolution des modèles économiques dans notre accès au contenu ? (tiping, abonnement, crypto…)

Je ne pense pas qu'Internet se soit fondé sur la gratuité.

Internet, ce sont des réseaux décentralisés, pour des raisons stratégiques : d'abord pour l'armée, puis pour les universités qui ont le partage dans leur ADN…(quoique, avec le business des publications et des revues, ça n'est pas si évident).

Internet, c'est pleins d'acteurs qui pensaient faire beaucoup d'argent et qui ont vu ces rêves mis à mal par un acteur dominant, par du piratage, etc.

Ça a culminé en 2000, par une énorme bulle spéculative, et notamment pour toutes les entreprises qui voulaient faire "l'argent de demain". Finalement c'est Paypal le seul gagnant de cette époque, et dont certaines personnes (la "paypal mafia", Elon Musk par exemple) façonnent encore les modes aujourd'hui.

Personne ne fait d'infrastructure télécom gratuite, personne n'a d'électricité gratuite.

Le partage d'idée gratuit, c'est un acte militant : les mouvements Logiciel Libre, Linux...

Même Firefox fait de gros accords pour proposer un moteur de recherche par défaut.

Même Framasoft, qui fournit de super services, ont bien besoin de se financer quelque part. Ils ont été plébiscités par les profs durant la crise du COVID, et ils ont dû se fendre d'une tribune politique sur le gratuit, les associations, le service public et la mission de l'État.

#3 - L'événement Log4shell a remis sur la table le sujet des développeurs qui travaillent bénévolement à créer des solutions OpenSource. Penses-tu que cela remette en question la gratuité de ce type de modèle ?

Je ne sais pas si log4shell est un événement.

Preuve par XKCD :  https://xkcd.com/2347/ (je m'attendais à ce qu'il soit plus vieux)

La maintenance n'est jamais sexy, les problèmes sont connus sans qu'on les regarde.

Les process de sécurité des entreprises disent déjà qu'il faut auditer un peu ses dépendances.

On ne peut pas tout refaire, on doit bien faire confiance à des briques qui ne sont pas chez nous. "Faire, réutiliser, ou acheter" est une question qui se pose tous les jours dans toutes les DSI.

"Le souci n'est pas le gratuit, c'est de mal exploiter le gratuit."

Une entreprise peut très bien bâtir des choses et faire de l'argent avec des briques gratuites. Elle devrait s'engager, non pas pour l'idéologie, mais simplement pour respecter la loi, protéger ses profits, vérifier que toutes les briques sont encore saines. Le souci n'est pas le gratuit, c'est de mal exploiter le gratuit.

Enfin, la santé mentale des devs Open Source n'est pas un sujet nouveau. On leur en demande davantage, on les traite mal. Il y a des développeurs qui disparaissent ou qui sabotent leurs projets et qui, durant quelques jours, mettent à terre toute une chaîne de sécurité.

Sur les paquets NPM, par exemple, il y a eu ce dev qui a saboté son code dont dépendaient des entreprises, et qui a permis à des pirates d'y mettre des attaques.

Log4shell, c'est la continuité de tout cela, avec peut-être une composante absurde en plus : dans le processus de justification de sécurité, de grosses entreprises ont demandé des audits gratuits à des personnes physiques, qui n'avaient absolument aucun engagement envers elles.

#4 - Selon toi, quel service devrait rester gratuit ? Être payant ? Et pourquoi ?

Rien ne restera gratuit.

Les services publics seront gratuits, car ils sont payés par nos impôts : bibliothèques, médiathèques, services pour participer à la vie locale ou nationale...

D'autres auront une étiquette gratuit et se rémunèreront autrement, via la pub, des partenariats, des produits annexes etc.

Certains services continueront via des plateformes de tipping ou de mécénat, ou tenteront de proposer "mieux que gratuit" (article de Kevin Kelly en mai 2008) : l'immédiateté, coffrets prestige, soutien aux créateurs... à ce titre, les streamers de Twitch sont sûrement un phénomène qui devrait intéresser bien davantage.


Pourquoi mettre en place une politique de gestion de mots de passe ?

“123456”, “qwerty”, “password”, “marseille”, “loulou”… En 2021, les pires mots passe sont toujours les mêmes. On estime même que 406 millions mots de passe ont été divulgués en 2021, soit une moyenne de 6 mots de passe par habitant (source NordPass).

En moyenne, il faut moins d’une seconde pour hacker un compte personnel, qui utilise un mot de passe trop simple. Pour une entreprise dont la gestion des mots de passe est faiblement sécurisée, le risque est le même.

Dans cet article, nous allons vous donner quelques pratiques fondamentales pour mettre en place une politique de gestion de mots de passe.


#1 — Définir un mot de passe complexe

Tout commence avec le bon choix du mot du passe ! Choisir un mot de passe sécurisé permet de :

  • Réduire les risques qu’une personne malveillante accède à un compte utilisateur de l’entreprise ;
  • Renforcer la sécurité des comptes administrateurs ;
  • Intégrer la sécurité dans les bonnes pratiques professionnelles des collaborateurs.

Il y a plusieurs critères à intégrer dans son mot de passe, afin de garantir un niveau de sécurité suffisant :

  • 12 caractères minimum ;
  • Au moins 1 majuscule ;
  • Au moins 1 minuscule ;
  • 1 chiffre et un caractère spécial.

On vous l’accorde, il est difficile de retenir et d’innover constamment ce type de mot de passe. Pour cela, le plus simple reste d’utiliser un générateur de mot de passe, comme le générateur en ligne motdepasse.xyz ou les générateurs de logiciel de sécurité en ligne tels que Dashlane, 1password ou Avast.

Source — The Cybersecurity Hub

#2 — Éviter la réutilisation de mot de passe

Même si le mot de passe est complexe, s’il vient à être compromis et divulgué sur internet, il devient inutilisable.

Les hackers utilisent des programmes pour automatiser leurs attaques et trouver les mots de passe.

Dès qu’ils ont en trouvé un, ils le réutilisent sur d’autres sites internet, et ainsi de suite. Les mots de passe volés sont soit revendus, soit utilisé pour compromettre les données de l’entreprise.

Il faut donc éviter au maximum la réutilisation de mots de passe, même avec quelques variantes, comme : « loulou22 », « loulou23 » … Les hackers anticipent également les variations possibles.

#3 — Utiliser un coffre-fort numérique

Avec la multiplication des outils en ligne, nous avons forcément une multiplication de mots de passe. Cette multiplication de mots de passe peut parfois mener à des failles dans la politique de mot de passe, ou l’utilisation de mémo matériel, très risqué : tableau Excel, post-it…

L’utilisation d’un coffre-fort numérique peut permettre de :

  • Stocker l’ensemble des mots de passe sur un serveur sécurisé ;
  • Générer aléatoirement des mots de passe complexes ;
  • Se connecter sans avoir à saisir les identifiants et mots de passe ;
  • Partager des données sensibles de manières sécurisées.

Le coffre-fort est protégé par un seul mot de passe maître à retenir. La perte ou la compromission de cet unique mot de passe peut être prise en charge par l’éditeur qui vous propose le coffre-fort.

Parmi les plus connus du marché, on retrouve : Dashlane, NordPass, KeePass, LastPass...

#5 – Éviter de passer par des systèmes tiers, non-dédiés à la sécurité

Google, Facebook, Twitter, LinkedIn… proposent tous des moyens de s’authentifier via leur propre système d’authentification. Le problème avec des services tiers, c’est la dépendance. Si ces derniers viennent à être attaqués, il y a un risque à ce que les accès de l’entreprise soient compromis.  

Il en va de même pour les navigateurs : Chrome, Firefox, Edge etc. Ces services sont régulièrement attaqués, et comportent régulièrement des failles de sécurité.

Pour les sujets de sécurité, comme les mots de passe, il vaut mieux privilégier des services dédiés à la sécurité (générateurs, coffre-fort…)

#5 – Activer la double authentification

On ne le répète jamais assez ! Le risque zéro n’existe pas ! On œuvre surtout à réduire les risques au maximum. Les pratiques citées ci-dessus permettent de réduire les risques de vol de mot de passe, mais ne l’empêche pas 100%

Pour renforcer la sécurité d’accès à un compte, il est également conseillé d’en renforcer l’accès via la double authentification.

Cette méthode de sécurité permet, au moment de la connexion à son compte, d’utiliser un second moyen d’authentification pour accéder à son compte. On vérifie doublement la personne qui devra se connecter via un SMS, un e-mail, une application en plus.

Les bénéfices de la double authentification sont multiples :

  • Renforcer la sécurité des accès aux comptes sensibles de l’entreprise ;
  • Empêcher l’accès à un compte même si le mot de passe a été volé ;
  • Renforcer la sécurité en dehors du bureau.

Les méthodes de cyber hacking de mots de passe continuent de se perfectionner, au fil des années. Les attaques sont de plus en plus subtiles. Par exemple, on sait qu’aujourd’hui les hackers peuvent tenter de contrepasser la double authentification.

Pour réduire les risques de sécurité, les entreprises doivent impérativement s’armer d’une politique de gestion de mots passe robustes :

  • Définir des mots de passes complexe ;
  • Privilégier les coffres forts numériques ;
  • Éviter les solutions tierces ;
  • Sensibiliser les collaborateurs à la réutilisation ;
  • Mettre en place la double authentification.

En complément de ces pratiques, on peut ajouter le renouvellement des mots de passe tous les 90 jours, afin de toujours garder un temps d’avance sur les attaques possibles. Sans oublier, de sensibiliser régulièrement les collaborateurs sur les différents risques et actualités cyber liés aux mots de passe.


Comment sécuriser son code ?

Dans son dernier rapport dédié aux failles de sécurité, IBM a identifié le coût moyen d’une faille de sécurité à 4 millions de dollars. Cisco évoque également qu’une faille de sécurité peut coûter jusqu’à 20% du chiffre d’affaires d'une entreprise.

Certaines de ces failles de sécurité exploitent des vulnérabilités dans le code informatique afin de voler de l’information, s’introduire sur le système informatique, supprimer des données…

De la conception à la maintenance, les développeur-ses peuvent avoir un rôle à jouer dans la protection des données de l'entreprise.

Même si le risque ne peut pas atteindre le niveau 0, je vous propose quelques règles à suivre qui peuvent aider à renforcer ce rôle, sans modifier drastiquement leur activité principale.


Règle n°1 – Toujours concevoir avant de développer

Plus les lignes de code sont complexes, plus elles sont difficiles à maintenir dans le temps, surtout lorsque les développeur-se-s changent.

Pour réduire cette complexité, les équipes de développement doivent pouvoir dédier du temps à la réflexion et à la conception du code.

Plus l’écriture du code est simple, plus elle sera facile à faire évoluer, à transmettre et à maintenir dans le temps.

Règle n°2 – Automatiser les tests

Il est courant que plusieurs développeur-se-s travaillent sur le même code, ce qui amène des problèmes d’intégration et de qualité.

Afin de détecter ces problèmes, on peut opter pour l’intégration continue. Ce type de pratique regroupe un ensemble de technique pour vérifier la qualité du code de manière automatique. Cela aide aussi à identifier s’il y a eu une régression sur le code, et ce, de manière transparente.

L’intégration continue fonctionne grâce à des outils tels que CircleCI, JetBrains ou Travis CI. Ces outils vont reproduire et simuler un déploiement en production, lancer des tests automatiques définis dans le programme…

Règle n°3 – Faire de la veille de vulnérabilités

Une application ou un logiciel informatique utilise régulièrement des bibliothèques externes. Ces bibliothèques peuvent contenir des vulnérabilités, qui peuvent être exploitées par des hackers.

Pour surveiller l’apparition de nouvelles vulnérabilités, le service CVE a pour mission d’identifier, de définir et de cataloguer les nouvelles failles de cybersécurité.

Compte tenu des milliers de vulnérabilités, il existe des plateformes permettant d’agréger et analyser ces failles, selon son existant, le tout en temps réel : Kenna Security Vulnerability Management, Flexera Vulnerability Manager, Tenable.io ou ZeroNorth.

Règle n°4 – Former les développeurs

Les développeur-se-s ne sont pas ou peu formé-e-s à la cybersécurité. Iels appliquent les exigences de sécurité imposées par le-a RSSI et les bonnes pratiques de développement.

Pourtant, ils utilisent de plus en plus de technologies différentes qui amènent leur lot de failles de sécurité.

Les développeur-ses peuvent être le premier rempart aux risques de sécurité. Pour cela, iels doivent être accompagné-es et formé-es aux bonnes pratiques de développement sécurisé.

Iels peuvent être accompagnés sur plusieurs sujets :

  • Apprendre à configurer, intégrer et utiliser des outils cyber sécurité (outil d’analyse de code et vulnérabilités, outil de tests d’intégration…) ;
  • Apprendre à évaluer les risques liés à l’utilisation d’un outil, définir des critères sécurité avant de choisir un outil, identifier les données sensibles à protéger ;
  • Intégrer des méthodes de développement sécurisé, comme définie par l’organisation OWASP

Règle n°5 – Faire de la revue de code

La revue de code est un des moyens les plus efficaces pour réduire des risques de cybersécurité.

Elle consiste à procéder à l’examen du code par un-e autre développeur-se, généralement plus expérimenté-e.

Le processus de revue de code est essentiel, il permet :

  • de réaliser un contrôle qualité en continu ;
  • d’enrichir et d’améliorer la qualité des réalisations des développeur-ses

Il existe plusieurs manières de revoir un code :

  • Pair programming ;
  • Pull requests ;
  • Revue périodique…

Règle n°6 – Réaliser des audits de code

L’audit de code permet d’évaluer en profondeur le niveau de sécurité d’un logiciel ou d’une application. Il est mené par une entreprise tierce.

Un audit de code est réalisé dans plusieurs contextes :

  • Au moment du lancement d’une application ou d’un logiciel contraint par des obligations réglementaires,
  • Lorsque l’application ou le logiciel est massivement utilisé,
  • Au moment où l’entreprise devient publiquement connue, les cyber hackers attaquent particulièrement des entreprises visibles.

Il a un double objectif sécurité :

  • Identifier les vulnérabilités de sécurité ;
  • Évaluer la qualité des mesures de sécurité intégrées au code.

A l’issu d’un audit, un plan d’action technique est fourni qui permet à l’entreprise d’identifier ses points d’amélioration.

Règle n°7 – Activer les logs

Les logs désignent un fichier qui stocke l’historique d'activité d'une application, ou d'un serveur. Pour toute application ou logiciel, il est donc nécessaire d’activer les logs, pour les analyser régulièrement.

Grâce à ces logs, il est possible de détecter des cyberattaques, un dysfonctionnement, des problèmes de sécurité, etc. Ces journaux permettent aux dévs de corriger leurs codes et d’identifier des comportements anormaux.


La sécurité dans le code est au centre des enjeux cybersécurité des entreprises.

Elle doit être utilisée comme un moyen d’améliorer la qualité des développements informatiques et de renforcer la protection de l’entreprise contre des cyberattaques.

Ces règles de sécurité sont les bases pour un premier niveau de sécurité. Elles doivent être revues, renforcées, corrigées de manière régulière.

Enfin, il ne faut pas négliger la partie humaine de la sécurité dans le code : le-a développeur-se. Iels sont en première ligne pour corriger les failles de sécurité, iels doivent être accompagné-es et formé-es aux bonnes pratiques de sécurité, afin de les appliquer dans leur travail de conception, de code et de maintenance.